Une nouvelle épidémie d’Ebola déclarée en RDC après la confirmation d’un seul cas



Il s’agit de la troisième épidémie dans la province depuis 2018 et de la 14e épidémie d’Ebola pour le pays depuis 1976, l’OMS a dit.

« Le temps n’est pas de notre côté », a déclaré le Dr Matshidiso Moeti, directeur régional de l’OMS pour l’Afrique. « La maladie a pris deux semaines d’avance et nous rattrapons maintenant notre retard. La bonne nouvelle est que les autorités sanitaires de la République démocratique du Congo ont plus d’expérience que quiconque dans le monde pour contrôler rapidement les épidémies d’Ebola.

Jusqu’à présent, un seul cas a été confirmé, a indiqué l’OMS. Le patient était un homme de 31 ans, qui a commencé à ressentir des symptômes le 5 avril. Il s’est fait soigner dans un établissement de santé local après avoir été malade pendant plus d’une semaine à la maison. L’homme a été admis dans un centre de traitement Ebola le 21 avril pour des soins intensifs mais est décédé plus tard dans la journée, a indiqué l’OMS.

Les agents de santé ont reconnu les symptômes d’Ebola et ont « immédiatement » soumis des échantillons pour des tests, a indiqué l’OMS. « Les efforts pour endiguer l’épidémie actuelle sont déjà en cours », a indiqué l’organisation, et les vaccinations commenceront dans les prochains jours.

« De nombreuses personnes à Mbandaka sont déjà vaccinées contre Ebola, ce qui devrait contribuer à réduire l’impact de la maladie », a déclaré Moeti. « Tous ceux qui ont été vaccinés lors de l’épidémie de 2020 seront revaccinés. »

Le patient décédé a reçu « un enterrement sûr et digne, ce qui implique de modifier les cérémonies funéraires traditionnelles de manière à minimiser le risque que des fluides contagieux infectent les participants », a déclaré l’OMS. Toute personne ayant été en contact avec le patient est en cours d’identification et sera surveillée, et l’établissement de santé où le patient a reçu des soins a été décontaminé, a ajouté l’organisation.

Les précédentes épidémies dans la province de l’Equateur remontent à 2020, lorsque 130 cas ont été signalés, et en 2018, lorsque 54 cas ont été enregistrés, a indiqué l’OMS.

« Ebola est une maladie grave, souvent mortelle, qui affecte les humains et les autres primates », a ajouté l’OMS. Les taux de létalité ont varié de 25% à 90% lors des épidémies passées, mais un traitement efficace est disponible et si les patients le reçoivent tôt, leurs chances de survie « s’améliorent considérablement », a-t-il déclaré.

Les forêts équatoriales de la RDC ont été un foyer de la crise d’Ebola dans ce pays d’Afrique centrale, avec plus de 2 000 personnes tué par la maladie entre 2018 et 2020.

La RDC a connu plus d’épidémies d’Ebola que tout autre pays depuis que le virus a été découvert pour la première fois près de la rivière Ebola dans la région nord de la RDC en 1976.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.