République centrafricaine. Les forces liées à la Russie ont « torturé » et « exécuté » des civils en République centrafricaine depuis 2019, selon HRW


Le rapport, basé sur des entretiens avec 40 personnes, dont 10 victimes de violences et 15 témoins, détaille les abus qui auraient été commis par des hommes « à la peau blanche parlant russe » qui portaient des « vêtements beige kaki » et utilisaient des vêtements de qualité militaire. armes.

Citant des preuves de « plusieurs gouvernements occidentaux, d’experts des Nations Unies et de rapporteurs spéciaux », HRW a attribué les crimes à « des forces liées à la Russie opérant en République centrafricaine », dont « un nombre important de membres du groupe Wagner », qui est un entrepreneur privé de sécurité militaire ayant des liens avec le gouvernement russe.

Le groupe Wagner s’est fait connaître pour la première fois en 2014, lorsque les séparatistes soutenus par la Russie dans le Donbass ont commencé leur guerre avec le gouvernement ukrainien. Depuis lors, des recherches indépendantes et des enquêtes de CNN ont révélé que l’entrepreneur militaire privé a opéré en Syrie et dans plusieurs pays d’Afrique. Ils ont été accusés par des responsables américains et des organismes de surveillance des droits de l’homme de violations persistantes des droits de l’homme. Fin mars, le porte-parole du Pentagone, John Kirby, a déclaré qu’environ 1 000 personnes associées au groupe Wagner se trouvaient dans la région du Donbass, dans l’est de l’Ukraine. Le même mois, un haut conseiller ukrainien a déclaré à CNN que Wagner était impliqué dans un complot d’assassinat présumé contre le président et le Premier ministre ukrainiens.

On pense que le groupe est lié à – et financé par – Yevgeny Prigozhin, un oligarque si proche du Kremlin qu’il est connu comme le « chef » du président russe Vladimir Poutine.

Le Kremlin a nié à plusieurs reprises tout lien avec le groupe. Prigozhin nie également tout lien avec Wagner.

« Il existe des preuves irréfutables que les forces identifiées par la Russie qui soutiennent le gouvernement de la République centrafricaine ont commis de graves exactions contre des civils en toute impunité », a déclaré Ida Sawyer, directrice des crises et des conflits à HRW, dans le rapport publié mardi.

"Ce sont nos enfants qu'ils ont tués"

« L’incapacité du gouvernement de la République centrafricaine et de ses partenaires à dénoncer avec force ces abus, et à identifier et poursuivre les responsables, ne fera très probablement qu’alimenter de nouveaux crimes en Afrique et au-delà », a ajouté Sawyer.

CNN a contacté le gouvernement de la RCA pour obtenir une réponse au rapport de HRW.

Les combats selon des lignes ethniques et sectaires sévissent en RCA depuis 2013. Le rôle des forces liées à la Russie dans le conflit en cours – et leurs raisons d’être dans le pays – restent flous.

L’une des atrocités alléguées dans le rapport concernait le meurtre d’au moins 13 hommes non armés près de la ville de Bossangoa, dans l’ouest de la RCA.

L’incident présumé a eu lieu le matin du 21 juillet 2021, lorsque les forces russophones ont érigé un barrage routier, « ont arrêté les hommes, les ont battus et abattus, puis ont mis au moins huit des corps dans un trou peu profond à côté ». à la route », selon HRW. CNN n’a pas été en mesure de vérifier de manière indépendante l’allégation.

En août 2021, le gouvernement centrafricain a soumis un rapport public au Conseil de sécurité de l’ONU dans lequel il a promis de « créer une commission d’enquête spéciale » pour enquêter sur les responsables des meurtres et « prendre les mesures appropriées ». La commission n’a pas encore publié ses conclusions, selon HRW.

HRW s’est également entretenu avec six hommes qui ont allégué avoir été illégalement détenus pendant des semaines par l’armée nationale centrafricaine et les forces russophones, qui, selon les hommes, les ont maintenus dans des « conditions inhumaines dans un trou ouvert dans une base de l’armée nationale » à Alindao, Basse Kotto province du sud de la RCA.

Selon les victimes, plusieurs des personnes détenues ont été battues et deux ont été exécutées. HRW n’a pas pu vérifier les allégations de manière indépendante, selon son rapport.

L'arrivée des mercenaires russes de Wagner au Mali condamnée par les gouvernements européens

L’ancien Premier ministre centrafricain Henri-Marie Dondra – qui s’est retiré en février de cette année – affirme qu’il n’y a aucun contrat entre son pays et des sociétés de sécurité privées russes, selon les médias locaux cités par HRW.

En 2017, le Conseil de sécurité de l’ONU a levé un embargo sur les armes à destination de la RCA, acceptant le déploiement de 175 formateurs russes pour l’armée locale. Un accord formel a ensuite été signé entre la RCA et le Kremlin en 2018 pour permettre aux « anciens officiers militaires » russes de former les forces centrafricaines, selon un rapport des Nations Unies de 2021 sur « l’utilisation de mercenaires comme moyen de violer les droits de l’homme ».

Le États-Unis, Union européenne, France et plusieurs groupes d’experts des Nations Unies ont tous signalé que le groupe Wagner est présent et opère en RCA.

Dans une interview accordée à un radiodiffuseur italien la semaine dernière, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a réitéré la position de longue date de Moscou selon laquelle le groupe Wagner n’a « rien à voir » avec le Kremlin.

Le Trésor américain définit le groupe Wagner comme une « force mandataire du ministère russe de la Défense », considérée comme géré et financé par un oligarque russe proche de Poutine. En 2020, le Trésor a imposé des sanctions visant huit « entités et individus » qui, selon lui, travaillaient à « faire progresser l’influence de la Russie en République centrafricaine ».

Selon HRW, les forces liées à la Russie opérant à l’intérieur du pays « ne portent pas d’uniforme désigné avec des insignes officiels ou d’autres signes distinctifs », ce qui peut rendre difficile leur identification par les civils.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.