Rallye à vélo Rolling Thunder: La police d’Ottawa arrête au moins 8 personnes pendant le week-end du rallye à vélo Rolling Thunder


médias d’information canadiens, y compris TVCa rapporté que des centaines de personnes à pied et à moto se sont déplacées vers le centre-ville samedi dans le cadre du rassemblement et de la manifestation du week-end, appelé Tonnerre roulant par ses organisateurs.
Les organisateurs sont restés vagues sur les objectifs du rallye – l’événement site Internet fait référence à la propagation «d’autant de paix, d’amour et de patriotisme que possible à vos concitoyens canadiens». Certains organisateurs ont déclaré qu’ils étaient là pour soutenir la liberté et les anciens combattants, selon Reuter.
L’événement est organisé par plusieurs personnes qui ont participé dans le Freedom Convoy autoproclamé manifestations plus tôt cette année, Radio-Canada a rapporté. Ces manifestations, qui ont vu les rues d’Ottawa occupées pendant des semaines, ont commencé avec des camionneurs protestant contre les restrictions de Covid-19.
Samedi, les participants ont assisté à un service commémoratif au Monument commémoratif de guerre du Canada dans la matinée, suivi de dizaines de motos se dirigeant vers le centre-ville en convoi, CTV a signalé. Un rassemblement et une marche étaient prévus sur la Colline du Parlement en milieu d’après-midi, selon le site de l’événement.

L’événement de trois jours devrait se terminer dimanche matin.

Les responsables de l’application des lois se préparaient à des manifestations.

La police avait averti que toute personne qui avait été accusée en lien avec les manifestations du Freedom Convoy d’Ottawa en février et qui avait par la suite reçu l’ordre de rester à l’extérieur d’Ottawa serait tenue de respecter cet ordre. Au moins une personne arrêtée samedi est accusée d’avoir « enfreint ses conditions de libération, notamment de ne pas se trouver au centre-ville d’Ottawa », a déclaré la police. mentionné.
Vendredi, le premier jour de l’événement, sept personnes ont été arrêtées sous diverses accusations, notamment soupçonnées d’avoir agressé des policiers, la police d’Ottawa mentionné. Vingt-quatre véhicules ont également été remorqués vendredi, a indiqué la police.

Aucun blessé n’a été signalé et les agents contrôlaient les rues de la ville, a annoncé la police vendredi.

Avant l’événement, le chef de la police par intérim de la ville a déclaré que son département était prêt.

« Les comportements menaçants ou intimidants seront traités par toutes les mesures d’exécution appropriées », a déclaré jeudi le chef de la police par intérim, Steve Bell.

Organisateurs : Plus de 500 participants attendus

Plus de 500 participants devaient se rendre à Ottawa ce week-end, selon les organisateurs de l’événement.

Le gouvernement canadien invoque la Loi sur les urgences en raison des blocages et des protestations contre les mesures de Covid-19

La ville a été paralysée par les manifestations du Freedom Convoy en janvier et février.

Ils a commencé avec des camionneurs qui s’opposaient au mandat du vaccin Covid-19 qui ordonnait à tous les camionneurs canadiens traversant la frontière canado-américaine d’être entièrement vaccinés ou de faire face à une quarantaine chez eux pendant deux semaines à leur retour.

Finalement, les manifestations ont attiré d’autres personnes qui s’opposaient aux restrictions sur les coronavirus à l’époque.

Des centaines de véhicules ont formé des convois qui ont convergé vers Ottawa lors des manifestations du Freedom Convoy, et de nombreux piétons ont rejoint les véhicules. La manifestation a encombré le centre-ville ainsi que les principales routes entre les États-Unis et le Canada.

Les protestations se sont finalement dissipées après le premier ministre Justin Trudeau invoqué la Loi sur les mesures d’urgence, entraînant l’arrestation de manifestants et le retrait de véhicules et de blocus.

Rebekah Riess de CNN a contribué à ce rapport.





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.