pourquoi Azarenka entre systématiquement avec un maillot du PSG sur le court



Victoria Azarenka (33 ans), qualifiée pour les demi-finales de l’Open d’Australie ce mardi, porte systématiquement un maillot du PSG avant et après ses matchs. Elle est fan du club français depuis la signature de David Beckham en 2012.

Avant chaque match le même rituel : Victoria Azarenka (33 ans) se présente sur le court vêtue du maillot du PSG. Ce fut encore le cas ce mardi avant sa victoire contre l’Américaine Jessica Pegula (6-4, 6-1) en quarts de finale de l’Open d’Australie. La Bélarusse le retire pour laisser apparaître sa tenue bariolée de match avant de réenfiler le maillot parisien aussitôt après la rencontre. Et pas n’importe lequel : celui de la saison 2012-2013. Elle est devenue fan du PSG cette année-là après la signature de David Beckham, comme elle l’a récemment révélé. L’ancien international s’était engagé libre en janvier 2013 pour y disputer les six derniers mois de la saison.

>> Open d’Australie : infos et résultats en DIRECT

Ce mardi, elle a de nouveau rappelé son lien avec le club parisien devant les journalistes français. « Je supporte le PSG depuis plus de dix ans maintenant, peu de temps après l’arrivée du Qatar, compte-t-elle. J’avais des amis là-bas quand je jouais au tennis. J’ai aussi beaucoup travaillé avec Aspetar (le centre médical basé au Qatar où les joueurs du PSG vont se soigner, ndlr). J’ai aussi fait des événements à Paris en lien avec le football donc, je tourne toujours autour d’eux. Ce qu’ils ont fait avec le club est super excitant. Maintenant, c’est un nom mondialement connu. Ils en ont fait un club super cool, avec des joueurs incroyables. Ils ont toujours eu des supers joueurs depuis 2012. Messi est le meilleur pour moi. Mon fils veut jouer pour le PSG. Pendant l’été, nous devrons faire quelques camps d’entraînement et de recrutement, je regarde ça. »

Son entraîneur supporte l’OM

Depuis 2012, son affection pour le PSG ne se dément pas. Azarenka, deux fois vainqueur du Grand Chelem (à l’Open d’Australie), suit plus que jamais les stars parisiennes dont Lionel Messi. « Messi a toujours été mon joueur préféré depuis des années, confie-t-elle. J’aime simplement sa manière d’être aussi humble, d’être un grand travailleur, il a le meilleur pied gauche. J’aime aussi Ronaldo parce qu’il est un joueur si compétitif. La vitesse de Mbappé est incroyable, Neymar est super talentueux. J’aime aussi Hakimi. L’équipe est incroyable. » Elle connaît aussi le slogan des supporters en lâchant un « Ici c’est Paris » en français.

Son amour du PSG pose cependant un petit problème de cohabitation avec Maxime Tchoutakian, fils jeune entraîneur français (29 ans), supporter de… l’OM.  » Elle est fan du PSG, moi je suis à fond pour l’OM depuis que je suis tout petit, sourit ce dernier. Je suis d’Aix-en-Provence. C’est un peu la rivalité ! On blague sur ça, on se chambre, c’est une bonne guéguerre. Je lui laisse son maillot du PSG, moi j’ai celui de l’OM bien au chaud à la maison et je le porterai quand je rentrerai. » Cela promet quelques tensions dans les prochaines semaines avec deux matchs au programme entre les deux rivaux.

« Elle est fan du PSG depuis Beckham, poursuit le coach. Elle était fan de lui avant et il a signé en 2013 et depuis elle met ça. Son fils, Léo qui a six ans, joue au foot et a toutes les tenues du PSG . Quand on était à Roland, elle est allée voir un match du PSG, elle se régale, adore le foot et la France. »

L’entraîneur sourit aussi de l’admiration de « Vika » pour Messi, qui a provoqué quelques tensions entre eux deux lors de la dernière finale de la Coupe du monde remportée par l’Argentine face à la France (3-3, 4 tab 2) « Son joueur préféré ? Messi de très, très loin, insiste-t-il. D’ailleurs, on a eu un petit combat pendant la Coupe du monde parce qu’elle était pour l’Argentine. C’était aussi beaucoup pour m’énerver parce qu’elle adore la France. »

En demi-finale face à la Kazakhe Elena Rybakina, elle recommencera ce rituel qui lui porte chance pour l’instant.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *