Philippe Diallo, président intérimaire de la FFF, assisté à la rencontre



Philippe Diallo, nommé président intérimaire de la FFF mercredi, assisté à la rencontre entre Troyes et l’OM (0-2) dans la soirée.

Quelques heures après avoir revêtu les habitudes de président intérimaire de la Fédération française de football, Philippe Diallo (59 ans) a effectué sa première sortie officielle. Il a assisté à la rencontre entre Troyes et Marseille (0-2), lors de la 18e journée de Ligue 1. Ancien directeur général de l’UCPF (syndicat des clubs), il a été nommé – comme le veut les statuts – en remplacement de Noël Le Graët, mis en retrait à l’issue du comité exécutif extraordinaire tenu mercredi matin.

En poste jusqu’à la remise de l’audit ou jusqu’à l’AG en juin

La position du président était devenue intenable face aux flots de critiques provoqués par sa dernière sortie sur Zinedine Zidane. Philippe Diallo assurera l’intérim jusqu’aux conclusions de l’audit commandé par le ministère des Sports sur le pilotage de la FFF. Si le rapport de l’inspection était décrit à Le Graët, celui-ci quittera ses fonctions, aurait-il promis. Diallo conserverait alors son poste jusqu’à la prochaine assemblée générale de la FFF le 10 juin 2023.

La veille de cette AG, le comité exécutif devra choisir en son sein un candidat pour la présidence jusqu’à la fin du mandat actuel, soit jusqu’en 2024. Au-delà de Philippe Diallo qui pourrait vouloir poursuivre encore son intérim, Jamel Sandjak pourrait aussi être candidat. En attendant ces échéances, Diallo ne s’est pas exprimé après sa prise de fonction, ni mercredi soir en marge de la rencontre à laquelle il a assisté au stade de l’Aube. Selon L’Equipe, Noël Le Graët est, lui, rentré à Guingamp après sa mise à l’écart.

Ancien joueur du centre de formation du FC Nantes, Diallo est décrit comme une personne très connaisseuse des arcanes du football français. Diplômé de sciences-po, détenteur d’une maîtrise de droit public et de droit des affaires, le nouveau patron du football français est aussi perçu comme quelqu’un de réservé. « Certains le trouvent trop réservé, confie dans L’Equipe, Gervais Martela, ancien président de Lens qui a côtoyé Diallo à l’UCPF. Moi je dis que c’est une qualité. Sa nouvelle fonction va lui permettre de s’affirmer encore plus. Je ne suis pas du tout inquiet pour lui. » Avant d’ajouter : « C’est un gars qui sait rigoler. Mais pour une fonction comme ça, on n’a pas besoin d’avoir Zavatta. Dans le climat actuel , assurant un intérim de président de la FFF, ce n’est pas rien. »



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *