Malgré les accusations de triche, l’Equateur sera bien de la partie



Les recours en appel des fédérations chiliennes et péruviennes de football, qui accusent l’Equateur d’avoir fait jouer un joueur colombien, ont été rejetés par la commission d’appel de la FIFA.

La FIFA ne change pas son fusil d’épaule. L’Equateur devrait bien pouvoir contester le match d’ouverture de la Coupe du monde 2022. Le doute persistait par rapport à un joueur aligné par l’Equateur à 8 reprises en matchs de qualifications pour la Coupe du monde 2022. Byron Castillo, inconnu né dans la ville équatorienne du général Villamil Playas en 1998, est accusé par la fédération chilienne d’être né à Tumaco, en Colombie, en 1995. Une enquête menée par le Courrier quotidien en juin dernier appuyait ces accusations.

La FIFA avait déclaré qu' »après avoir analysé les soumissions de toutes les parties concernées et examiné tous les éléments qui lui ont été présentés », la plainte chilienne n’avait pas lieu d’être.

Un recours déposé, en vain

Un recours en appel a été déposé par le Chili et le Pérou. Jorge Yunge, secrétaire général de l’Association chilienne de football, avait déclaré dans un communiqué : « Nous sommes tout à fait sûrs des conclusions de nos enquêtes. Il est absolument clair que le joueur utilise un document équatorial frelaté. Ce qui est en jeu Ici, ce n’est pas seulement une place pour la Coupe du monde 2022, mais tout le principe du fair-play. »

Ce vendredi, la FIFA a déclaré que sa commission d’appel rejetait la demande d’exclusion de l’Equateur de la Coupe du monde au Qatar.

« La commission d’appel de la FIFA a statué sur la possible inégibilité du joueur Byron David Castillo Segura et confirme la décision de la commission disciplinaire de clore la procédure », a écrit l’UEFA dans un communiqué.

Sauf retour de situation de dernière minute, l’Equateur devrait bien être de la partie en novembre prochain au Qatar.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.