Macron met en garde contre la « crise des démocraties », y compris aux États-Unis, dans une interview exclusive aux États-Unis



Interrogé par Tapper s’il s’inquiète pour la démocratie américaine, Macron a répondu : « Je m’inquiète pour nous tous ».

« Je déteste faire la leçon aux gens et leur dire : ‘Je m’inquiète pour toi.’ … Mais je crois que ce qui est en jeu, c’est ce que nous avons construit au XVIIIe siècle », a déclaré Macron dans un entretien.

Le dirigeant français a mis en garde contre une crise mondiale des « démocraties libérales » occidentales lorsqu’il a été interrogé par Tapper sur la tendance du nationalisme, du populisme et du racisme à se propager en Europe et aux États-Unis.

« Je pense que nous avons [a] grande crise des démocraties, de ce que j’appellerais les démocraties libérales. Soyons clairs là-dessus. Pourquoi? Premièrement, parce que le fait d’être des sociétés ouvertes et d’être des démocraties ouvertes et très coopératives met la pression sur votre peuple. Cela pourrait les déstabiliser », a déclaré Macron.

« Et c’est pourquoi nous devons toujours articuler le respect de la volonté des gens, des références de la classe moyenne, et tous les progrès de nos démocraties accueillant des cultures différentes, ouvertes et coopératives. C’est une question d’équilibre », a-t-il poursuivi.

« Il est clair que depuis quelques années, nous avons une pression croissante sur nos sociétés et nous en sommes au point où, dans nos différents pays, il y a ce que j’appellerais une crise des classes moyennes. »

Macron a également déclaré que les médias sociaux jouaient un « rôle très important pour ce qui est en jeu dans notre démocratie » — « pour le meilleur et pour le pire ». Il a déclaré que les plateformes sociales ont été un moteur de « fake news » et de « nouveau relativisme », qu’il a qualifié de « tueur pour toutes les démocraties, car cela rompt complètement la relation à la vérité, à la science et à la base de notre propre démocratie ».  »

Les commentaires de Macron font écho à ceux du président Joe Biden large effort pour encadrer la concurrence mondiale du 21e siècle comme celle définie par les démocraties contre les autocraties. Ces avertissements ont pris un nouveau poids ces derniers mois alors que les craintes d’une récession mondiale se profilent et que les menaces contre la démocratie s’aggravent parallèlement à la guerre non provoquée de la Russie en Ukraine.

Mercredi, le président russe Vladimir Poutine a annoncé la « mobilisation partielle » immédiate des citoyens russes, une décision qui menace d’intensifier son invasion hésitante de l’Ukraine après une série de défaites qui ont provoqué des récriminations à Moscou.

Poutine a déclaré dans un discours qu’il utiliserait « tous les moyens à notre disposition », et a même évoqué le spectre des armes nucléaires, s’il estimait que « l’intégrité territoriale » de la Russie était menacée.

La mobilisation signifie que les citoyens qui sont dans la réserve pourraient être appelés, et ceux qui ont une expérience militaire seraient soumis à la conscription, a déclaré Poutine, ajoutant que le décret nécessaire avait déjà été signé et était entré en vigueur mercredi.

Macron a qualifié cette décision d' »erreur » et d’occasion manquée « d’aller vers la paix ».

« Il y a quelques mois, Vladimir Poutine a fait passer un message : ‘J’ai été agressé par l’OTAN, ils ont déclenché la situation et j’ai juste réagi.’ Maintenant, il est clair pour tout le monde que le leader qui a décidé d’entrer en guerre, le leader qui a décidé d’escalader est le président Poutine », a déclaré Macron.

« Et je n’ai aucune explication rationnelle », a-t-il ajouté, qualifiant l’invasion de « stratégie d’intervention de l’Allemagne » et de « conséquence post-Covid-19 » en raison de l’isolement de Poutine pendant la pandémie.

Macron a été réélu en avril avec un pitch aux électeurs d’une France mondialisée et économiquement libérale à la tête d’une Union européenne musclée.

Mais la performance de son adversaire d’extrême droite, Marine Le Pen, a été la dernière indication que le public français se tourne vers les politiciens extrémistes pour exprimer son mécontentement face au statu quo.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.