Lionel Scaloni, l’autre messie de l’Argentine


Publié le :

L’Argentin Lionel Scaloni, 44 ans, est le benjamin des sélectionneurs présents au Qatar. Arrivé en 2018 en qualité d’intérimaire à la tête de l’Albiceleste, il s’est imposé à son poste au point de faire figurer l’Argentin de Lionel Messi parmi les principaux favoris de la Coupe du monde.

Il est le sélectionneur qui a redonné le sourire à l’Argentine, sans le moindre trophée international depuis 1993, après presque trois décennies de frustrations et de larmes. En remportant la Copa America au Brésil, face à la Seleçao (1-0) en 2021Lionel Scaloni a conquis le cœur d’un peuple fou de football, passionné et intransigeant.

Arrivé en août 2018 aux commandes de l’Albiceleste dans la peau d’un intérimaire, aux côtés de Pablo Aimar, alors que le duo est venu d’être nommé à la tête de l’équipe argentine U-20Lionel Scaloni a réussi à supporter qu’il avait les épaules pour se maintenir au poste le plus exposé du football argentin.

L’ancien défenseur de La Corogne et de la Lazio Rome le sait parfaitement, lui qui avait succédé à un Jorge Sampaoli, limogé un an après avoir été nommé, en raison d’une rupture avec ses joueurs et d’une élimination prématurée en 8e de finale du Mondial-2018… face aux Bleus.

Joueur à la modeste carrière internationale avec seulement huit sélections, Lionel Scaloni n’avait dirigé aucune équipe professionnelle avant d’être nommé sélectionneur. Les médias argentins lui donnaient une espérance de vie de quelques matchs sur le banc de l’Albiceleste en raison de son inexpérience, et voyaient mal comment il pourrait gérer des joueurs du calibre de Lionel Messi ou d’Angel Di Maria. Même feu Diego Maradona s’était moqué de sa nomination.

Un scepticisme envolé aujourd’hui. L’Argentine est invaincue depuis juillet 2019, soit 36 ​​matches, soit une unité du record établie par l’Italie entre 2018 et 2021. Signe de la confiance qui lui est accordé et de sa popularité : il vient d’être prolongé jusqu’en 2026.

Un groupe à son image

Il faut reconnaître que le plus jeune (44 ans) sélectionneur présent au Qatar a su bâtir en quelques années un groupe solide et solidaire à son image, qui se marie parfaitement avec le talent de Léo Messi.

À force de travail, Lionel Scaloni a « forgé une équipe avec une identité et des schémas de jeu à l’épreuve des balles, et non pas comme avant, une accumulation d’individualités autour de la grande star », explique César Luis Menotti, le sélectionneur du sacre de 1978, dans des propos rapportés par l’AFP.

Une recette qui a fait ses preuves sur le continent sud-américain que l’Abiceleste s’appliquera dès mardi contre l’Arabie Saoudite (groupe C), lors de son premier match de Coupe du monde.

Ce nouveau tournoi, dont l’Argentine est l’un des favorisest une nouvelle chance pour le septuple Ballon d’or, qui était passé très près d’un titre mondial en 2014, échouant dans les prolongations, en finale, face à l’Allemagne (1-0).

À 35 ans, Messi, qui dispute vraisemblablement son dernier Mondial, à l’occasion de graver en lettres d’or son nom et celui de Scaloni, « l’autre Lionel », dans l’histoire de la Coupe du monde.

La Coupe du monde au Qatar au-delà du football :



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *