les secours recherchent des survivants, le bilan s’alourdit



Publié le :

Au moins 252 personnes sont mortes dans le séisme de magnitude 5,6 qui a touché l’île indonésienne de Java, lundi. Sur le terrain, les secouristes tentent, mardi, de retrouver les survivants dans les décombres. Les recherches sont cependant rendues plus difficiles par les routes bloquées et les coupures d’électricité.

Les secouristes s’efforcent, mardi 22 novembre, de retrouver des survivants parmi les décombres au lendemain d’un séisme sur l’île indonésienne de Java, qui a fait au moins 252 morts et plusieurs centaines de blessés.

L’épicentre du tremblement de terre de magnitude 5,6 était situé près de la ville de Cianjur, dans la province de Java occidentale, la plus peuplée de cet archipel d’Asie du Sud-Est. Les victimes ont péri dans l’effondrement de bâtiments, mais aussi dans des éboulements provoqués par les secousses, qui ont frappé cette région très vallonnée.

L’administration locale de Cianjur a annoncé sur son compte Instagram un nouveau bilan de 252 morts, 31 disparus et plus de 300 blessés. « Ce sont les données officielles » a confirmé Adam, porte-parole de l’administration locale au téléphone.

Priorité à l’extraction des victimes

Le président indonésien Joko Widodo a promis des compensations lors d’une visite sur les lieux, demandant aux équipes de secours « de mobiliser leur personnel » pour permettre avant tout l’évacuation des victimes.

« Aujourd’hui, nous nous concentrons sur l’extraction des victimes ensevelies par les glissements de terrain », a expliqué Rudy Saladin, un responsable militaire local, à l’AFP. « Il est possible qu’il y ait plus de victimes », selon lui.

Des images de drone montrent l’étendue des dommages causés par le séisme : des bulldozers tentent de dégager une route après qu’un pan entier de la colline de terre brune s’est effondré.

Les secours essaient de se frayer un chemin parmi les débris et les arbres tombés pour atteindre des zones où des habitants seraient pris au piège, explique à l’AFP Dimas Reviansyah, un sauveteur de 34 ans qui s’active aux côtés de dizaines d’ autres. « Je n’ai pas dormi du tout depuis hier (lundi) mais je dois continuer parce qu’il y a des victimes qui n’ont pas été retrouvées », confie-t-il.

Parmi les victimes décrites notamment des étudiants d’un pensionnat islamique ou encore des habitants tués à leur domicile par la chute du toit ou des murs. « La pièce s’est effondrée et mes jambes ont été ensevelies sous les décombres. Tout est arrivé si vite », a raconté à l’AFP Aprizal Mulyadi, 14 ans, extirpé et mis en sécurité par l’un de ses amis qui a , par la suite, perdu la vie.

Opérations de secours exécutées

Les recherches sont rendues plus difficiles par les routes bloquées et les coupures d’électricité dans cette région rurale, où les maisons sont faites tout à la fois de bois et de béton.

Plus de 2 000 habitations ont subi des dommages. Quelque 13 000 personnes ont été acheminées vers des centres d’évacuation, a fait savoir Ridwan Kamil le gouverneur de Java Ouest.

Dans les agglomérations, les médecins soignaient des patients à l’extérieur ainsi que dans des unités de soins improvisées sous des tentes après le séisme, qui a ébranlé des bâtiments jusque dans la capitale, Jakarta.

Dans un refuge du village de Ciherang proche de la ville de Cianjur, des victimes, dont des bébés et de jeunes enfants, sont assis sur des tôles ondulées. Nunung, une mère de 37 ans qui comme de nombreux Indonésiens n’a qu’un nom a sauvé son fils du désastre en l’extirpant des débris de leur maison effondrée. « J’ai dû nous libérer en creusant. Il ne reste plus rien, je n’ai rien pu sauver », dit-elle à l’AFP le visage couvert de sang séché.

Les dommages du tremblement de terre, qui ont frappé lundi après 13 h 20 locales, ont été aggravés par plus de 60 répliques de magnitude 1,8 à 4 dans la ville de Cianjur, qui abritent quelque 175 000 habitants.

Selon l’agence de géologie nationale, la nature du terrain de la région, des dépôts volcaniques friables du quaternaire, ont « pu accentuer les chocs » sismiques créés par une faille active. Située sur la « ceinture de feu » du Pacifique où les plaques tectoniques se rencontrent, l’Indonésie est régulièrement confrontée à des tremblements de terre ou des éruptions volcaniques.

En janvier 2021 un séisme de magnitude 6,2 a fait plus de 100 morts sur l »île de Célèbes.

Avec AFP



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *