les Bleus concentrés sur leur quête d’un premier sacre



Publié le :

L’équipe de France de rugby n’a jamais manqué une Coupe du monde, obtenant trois fois la finale pour autant de défaites. La dixième édition de cette compétition débutera en septembre, avec un XV de France ambitieux et performant qui espère enfin remporter son premier titre mondial en rugby. Il aura l’avantage de jouer à domicile, le concours se déroulera dans dix villes françaises.

Les Bleus vont-ils broyer du noir sur le terrain ou dans les vestiaires le 8 septembre 2023 ? La réponse dépendra du résultat de leur premier match en coupe du monde face aux redoutables Tous les Noirs, qu’ils affronteront au Stade de France. Un énorme choc d’entrée pour les Bleus qui se retrouveront ensuite en matchs de poule l’Uruguay, l’Italie et la Namibie, des adversaires bien moins terrifiants.

Pour se qualifier en quarts de finale, les Bleus doivent terminer premiers ou deuxièmes de la poule A. Un objectif largement à leur portée au vu de leurs résultats ces deux dernières années, la France n’ayant plus perdu le moindre match depuis le 17 juillet 2021. Une série de 13 victoires, sans défaite en 2022qui leur a notamment permis de décrocher le Grand Chelem dans le Tournoi des Six Nations l’an dernier.

La Nouvelle-Zélande fait partie de la longue liste des équipes battues par les Bleus au cours des 18 derniers mois. Le XV de France a façonné les All Blacks (40-25) au Stade de France en novembre 2021. Un succès très important pour les Français, qui ont pu à la fois mettre un terme à un enchaînement de 14 défaites contre la Nouvelle-Zélande et faire le plein de confiance en vue du match d’ouverture de la Coupe du monde dans cette même enceinte.

Ces retrouvailles en terre dionysienne lanceront une compétition dans laquelle les Bleus endosseront le statut de favoris. Emmenés par le sélectionneur Fabien Galthié depuis la dernière Coupe du monde au Japon qui avait vu les Français perdent en quarts de finale contre les Gallois (19-20), les rugbymen français font désormais preuve d’une grande constance. Ils ont été capables de dominer des adversaires aux profils très différents et ont su revenir au score quand ils étaient menés pour s’imposer sur le fil, par exemple contre l’Australie en novembre (30-29).

La France redevenue une « nation majeure du rugby »

Les Bleus s’appuient sur un groupe jeune et talentueux au sein rayonnent des éléments de grande qualité, à commencer par le demi de mêléeAntoine Dupontélu meilleur joueur du monde en 2021 et meilleur joueur du Tournoi des Six Nations 2022. L’encadrement tricolore a su impliquer un grand nombre de joueurs pour préparer cette compétition et il ne manque pas d’options à chaque poste, pouvant ainsi pallier les forfaits sur blessure qui émailleront les huit prochains mois.

Lors de la tournée d’automne qui a vu les Bleus vaincre l’Australie, l’afrique du sud et le Japon, cet encadrement a choisi de faire confiance aux mêmes joueurs, n’effectuant des changements qu’en raison de blessures ou de suspensions. Et il devrait adopter la même stratégie lors de l’édition 2023 du Tournoi des Six Nations, qui débutera pour la France le 5 février avec un duel contre l’Italie.

Mais la tâche s’annonce plus compliquée pour les Bleus cette année en raison du calendrier difficile du Tournoi des Six Nations, qui prévoit un déplacement en Irlande, actuellement première devant la France au classement mondial de World Rugby, puis en Angleterre, où la France n’a pas été gagné depuis 2005 dans le cadre du Tournoi.

Les Bleus ne manquent pas pour autant d’ambition, comme l’a rappelé cette semaine le sélectionneur Fabien Galthié en conférence de presse. « Pour ce Tournois des Six Nationson va essayer de rééditer ce qu’on a réussi à faire l’an dernier », at-il affirmé, insistant sur le fait que la France, redevenue une « nation majeure du rugby », un statut à assumer.

Un trophée Webb Ellis convoité depuis 1987

Ces deux rencontres à l’extérieur constituent des tests très intéressants pour Fabien Galthié, qui verront si ses joueurs sont capables d’afficher le même niveau de performance sur le terrain d’équipes majeures du rugby mondial. Il leur reste ensuite quatre matchs durant l’été, dont deux contre l’Écosse, pour préparer l’édition 2023 de la Coupe du monde.

S’ils veulent réussir à briller sur leurs terres, les joueurs français devront se montrer capables de gérer la pression liée à l’organisation de cette épreuve à domicile. Ils savent à quel point le public français rêve du trophée Webb Ellis depuis 1987, année de la première édition de la Coupe du monde de rugby à XV. Une attente d’autant plus forte que les Bleus font partie des équipes favorites pour gagner la dixième édition.

Le manager français Raphael Ibañez pourra rappeler aux joueurs l’importance de démarrer cette compétition dans les meilleures conditions possibles. En 2007, il était capitaine du XV de France qui s’était incliné face à l’Argentine au Stade de France (12-17), en match d’ouverture de la Coupe du monde. Une déconvenue qui n’avait pas empêché les Français de se qualifier pour les quarts de finale et de réaliser un exploit contre les All Blacks. Ils avaient ensuite été battus par l’Angleterre et s’étaient finalement classés quatrièmes de l’édition.

L’objectif de l’équipe de France est bien sûr de faire mieux cette fois et de devenir la deuxième nation de l’hémisphère nord, après l’Angleterre en 2003, à remporter une Coupe du monde de rugby. Avec un avantage de taille, celui de disputer cette compétition à domicile, devant des supporters redevenus eux aussi très ambitieux.

20 équipes pour un titre

La Coupe du monde 2023, qui se déroulera du 8 septembre au 28 octobre dans dix villes françaises, verra 20 sélections réparties en quatre groupes se disputer le titre mondial. France 24 vous propose, d’ici le coup d’envoi de cet événement sportif majeur, une série d’articles sur les équipes en lice. Avec une publication le « XV » de chaque mois.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *