le président de la Ligue nationale Bruno Martini mis en cause pour « corruption de mineur »



Publié le : Modifié le :

Paris (AFP)- Bruno Martini, ancien gardien de but de l’équipe de France de handball, champion du monde 1995 et président de la Ligue nationale de handball (LNH), est mis en cause pour « corruption de mineur » et « enregistrement d’images pédopornographiques » , a annoncé mercredi le parquet de Paris à l’AFP.

Après la tête du football et du rugby français, c’est l’un des patrons du hand qui est sous le coup d’une procédure de justice. L’ancien gardien des champions du monde 1995 désormais président de la ligue nationale de handball (LNH), Bruno Martini, est mis en cause pour « corruption de mineur » et « enregistrement d’images pédopornographiques », a annoncé le Parquet de Paris à l’AFP mercredi 25 janvier. Visé par une enquête depuis juin 2020 après la plainte d’un adolescent de 13 ans, il a été interpellé lundi à Paris et placé en garde à vue.

Interrogé par l’AFP, le parquet de Paris a confirmé que l’ancien sportif avait été déféré mardi soir en vue d’une « comparaison probable pour reconnaissance préalable de crédibilité et enregistrement d’images pédopornographiques », après la levée de sa garde à vue. Il devrait être présenté mercredi à un magistrat, qui devrait lui proposer une comparaison pour une reconnaissance préalable de crédit.

À ce stade, les enquêteurs n’ont pas eu connaissance d’autres victimes, hormis l’adolescent de 13 ans, à-on ajouté de source proche du dossier.

« Comme chacun ce matin je suis profondément choquée », a réagi la ministre des sports Amélie Oudéa-Castéra sur Twitter. « J’ai évidemment une pensée très émue pour le garçon et sa famille ».

Un comité directeur exceptionnel de la LNH devait se réunir mercredi à 13h00, une réunion lors de laquelle les instances du hand français « prendront toutes les décisions qui s’imposent, tant sur le plan des sanctions disciplinaires que sur le futur de la gouvernance », a précisé le ministre.


Carrière de dirigeant

Bruno Martini, colosse de 1,97 m, était le gardien des Bleus champions du monde en 1995, le premier titre majeur du handball français, lançant l’ère dorée de la bande déjantée des « Barjots ».

De nouveau champion du monde en 2001, sa riche carrière de joueur l’a mené dans les plus grands clubs français européens, de l’OM-Vitrolles à Montpellier avec qui il remporte la Ligue des champions en 2003, puis Paris.

Il se tourne ensuite vers une carrière de dirigeant. A la tête d’un groupe d’investisseurs, il rachète le Paris Handball en 2010, dont il devient le manager général. Il le reste quand, deux ans plus tard, le club est racheté par le Qatar Sports Authority, déjà propriétaire du PSG.

Le club devient le PSG Handball et domine le handball français, remportant neuf des dix derniers championnats de France.

Bruno Martini quitte son poste début 2021 et annonce dans la foulée rejoindre l’une des plus grosses équipes de esport, la team Vitality, comme manager général.

Il la quitte quand il est élu président de la Ligue en novembre 2022. « Mes chantiers sont la visibilité, le développement économique et le positionnement », avait-il argué à l’époque : « Il faut porter les bonnes valeurs ».

Tempête judiciaire pour les patrons du sport français

L’enquête visant Bruno Martini est la dernière d’une longue suite d’ennuis judiciaires ciblant des dirigeants du sport français.

Parmi les plus retenantes, Bernard Laporte, le président de la Fédération française de rugby (FFR), a été condamné en première instance en décembre à deux ans de prison avec sursis pour avoir noué un pacte de corruption avec l’homme d’affaires et président du club de Montpellier, Mohed Altrad. Il a fait appel de ce jugement et s’est mis en retrait, sous la pression du ministère des sports et du Comité d’éthique de la FFR. Il a de nouveau été placé en garde à vue mardi dans une affaire de blanchiment de fraude fiscale aggravée, mais en est ressorti sans poursuite à ce stade.

Quant à Noël Le Graet, le tout puissant patron de la Fédération française de football (FFF), il est visé par une enquête pour harcèlement moral et sexuel et a été contrainte de se mettre en retrait lors d’un Comité exécutif extraordinaire.

Avec AFP





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *