Le Nicaragua condamne l’ex-candidat présidentiel à 8 ans de prison dans le cadre d’une répression plus large de l’opposition


Il s’agit de la dernière répression du gouvernement du président Daniel Ortega contre les membres de l’opposition.

Ortega a revendiqué un cinquième mandat de président en novembre dernier. En juin 2021, son gouvernement a commencé à utiliser une vague loi sur la sécurité nationale pour justifier l’enfermement des candidats à la présidence de l’opposition, des dirigeants de l’opposition, des journalistes, des militants des droits de l’homme et d’autres personnes avant les élections de novembre.

Au moins 40 personnalités de l’opposition ont été reconnues coupables de complot en vue de porter atteinte à l’intégrité nationale et de crimes financiers, selon CNN Español.

Chamorro, journaliste et ancien directeur de la Fondation Violeta Barrios de Chamorro pour la réconciliation et la démocratie, a été condamné à huit ans de prison pour les délits de blanchiment d’argent et de rétention abusive et restera assigné à résidence, selon le Centre nicaraguayen des droits de l’homme. (CENIDH). Pedro Vásquez, le chauffeur du journaliste, a été condamné à sept ans de prison pour blanchiment d’argent, selon le CENIDH.

Le Nicaragua déclare l'ancien ministre des Affaires étrangères et journaliste coupable de complot

L’administrateur de la Fondation Violeta Barrios de Chamorro Walter Gómez et le comptable Marcos Fletes ont chacun été condamnés à 13 ans de prison pour les mêmes crimes, en plus de gestion abusive et de mensonge idéologique, selon le CENIDH.

Le gouvernement a également condamné le frère de Chamorro et ancien député libéral Pedro Joaquin Chamorro à neuf ans de prison pour les crimes de mauvaise gestion et de détournement, selon le CENIDH.

L’ancienne candidate à la présidentielle, son chauffeur Vásquez, Gómez et Fletes ont également été condamnés à deux amendes, l’une de 1,6 million de dollars et l’autre de 56 millions de córdobas (1,56 million de dollars), a rapporté CNN Español, selon le CENIDH.

Tous les cinq ont été reconnus coupables le 12 mars 2022 lors d’un procès à huis clos, selon CNN Español. Ils ont plaidé non coupables et ont déclaré qu’ils feraient appel à la justice, selon CNN Español.

Roberto Lario, le porte-parole officiel du pouvoir judiciaire nicaraguayen, a déclaré à CNN qu’il n’avait aucun commentaire sur les affaires judiciaires et que le ministère public ne publie aucune mise à jour sur la procédure.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.