Le double citoyen français et canadien qui a envoyé de la ricine au président Trump plaide coupable




CNN

Une double nationalité franco-canadienne a plaidé coupable mercredi à envoyer des lettres contenant de la ricine maison au président de l’époque, Donald Trump, à la Maison Blanche et à huit responsables de l’application des lois du Texas.

Pascale Cécile Véronique Ferrier a envoyé des lettres de menaces contenant le poison en septembre 2020, selon le accord du tribunal déposée auprès d’un tribunal fédéral de Washington, DC.

Selon l’accord, Ferrier a fabriqué de la ricine chez elle au Québec, au Canada, et a mis le poison dans des lettres adressées à Trump et aux responsables du Texas.

Les lettres comprenaient des références à un « cadeau spécial » et disaient que « si cela ne fonctionne pas, je trouverai une meilleure recette pour un autre poison », selon l’accord. Dans plusieurs lettres, Ferrier a écrit qu’elle « pourrait utiliser mon arme quand je pourrai venir ».

Dans sa lettre à Trump, Ferrier a écrit : « Vous ruinez les États-Unis et les conduisez au désastre. J’ai des cousins ​​américains, alors je ne veux pas les 4 prochaines années avec toi comme président. Abandonnez et retirez votre candidature pour cette élection !

Ferrier avait déjà été détenue au Texas pendant plusieurs semaines en 2019 et a choisi d’envoyer des lettres contenant de la ricine aux responsables de l’application des lois qu’elle pensait être impliqués dans sa détention, indique l’accord.

Qu’est-ce qui rend la ricine si dangereuse ?

Après avoir envoyé les lettres du Canada, Ferrier a été arrêté alors qu’il tentait de franchir la frontière avec les États-Unis avec une arme chargée, des centaines de cartouches et plusieurs autres armes, selon le département.

Ferrier a déclaré aux autorités frontalières qu’elle était recherchée par le FBI pour les lettres, indique l’accord.

« Cette femme n’a pas réussi dans ses efforts pour empoisonner de nombreux fonctionnaires de notre district, mais ses actions ont quand même créé de la peur et du stress pour nombre de ces fonctionnaires dévoués », a déclaré le procureur américain Alamdar Hamdani dans un communiqué du ministère de la Justice.

Ferrier sera condamnée le 26 avril. Elle risque plus de 21 ans de prison si le tribunal accepte les accords de plaidoyer.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *