La présidente du Pérou appelle à une « trêve nationale » alors que la contestation perdure



Publié le :

La présidente du Pérou Dina Boluarte a appelé mardi une nouvelle fois au dialogue les manifestants qui réclament sa démission, alors qu’un nouveau grand rassemblement s’est tenu à Lima.

La présidente du Pérou Dina Boluarte a appelé mardi 24 janvier à une « trêve nationale » alors qu’une nouvelle grande manifestation à Lima réclame son départ et la dissolution du Parlement.

Plusieurs milliers de protestataires pauvres, venus des régions andines et en majorité en tenue traditionnelle, ont défilé dans le centre de la capitale avec force drapeaux péruviens et aux cris de « Dina assassine » pour les 46 morts manifestants depuis le début de la contestation.

Une manifeste brandissait une grande poupée tenant un couteau ensanglanté, affublée d’une photo de la présidente par intérim, arrivée au pouvoir après la destitution début décembre de l’ex-président Pedro Castillo.

Aux abords du Parlement, le cortège a été repoussé par des tirs de gaz lacrymogènes par les forces de police déployées en masse. Les manifestants ont répondu par des jets de pierre, révélés par un journaliste de l’AFP.

« Rétablir le dialogue »

Avant ce grand rassemblement, le deuxième à Lima en quelques jours, Dina Boluarte avait une nouvelle fois tenté de désamorcer les tensions, appelant sa « chère patrie à une trêve nationale » pour « rétablir le dialogue », « fixer un agenda pour chaque région » et « développer » le pays.

« Je ne me lasserai pas d’appeler au dialogue, à la paix et à l’unité », at-elle ajouté lors d’une intervention devant la presse étrangère, répétant presque mot pour mot une phrase déjà prononcée le 20 janvier lors d ‘une intervention télévisée. « Je n’ai pas l’intention de rester au pouvoir », at-elle répété, assurant vouloir respecter la Constitution et se retirer lors des élections, qui ont été avancées à 2024. « Ma démission résoudrait-elle la crise et la violence ? Qui assumerait la présidence de la République ? », at-elle interrogée.

Visiblement émue, Dina Boluarte a aussi demandé « pardon pour les morts », promettant des enquêtes du Parquet pour en déterminer les auteurs. Elle a notamment assuré que des manifestants avaient été tués par des balles de type « dum-dum », munition qui n’est pas utilisée par la police.

Une intervention sans effet sur les manifestants. « On ne croit plus ses paroles », dit Rosa Soncco, 37 ans, venue d’Acomayo, à plus de 3 000 mètres d’altitude, dans la région de Cuzco (sud). « Il y a 50 morts. Combien de mères pleurent ? » « On ne la croit pas parce qu’elle a dit que si Castillo démissionnait elle partirait. On exige : un, qu’elle démissionne ; deux, changer de Congrès ; puis de nouvelles élections. On veut un gouvernement de transition », affirme- t-elle.

Dans le cortège, ont pris part des dizaines de réservistes de l’armée en tenue kaki. « Ils nous aident. On reste ici jusqu’au bout, jusqu’à ce qu’elle parte », dit Rosa Soncco.

Selon les autorités, 85 routes étaient bloquées par des barrages mardi dans neuf des 25 régions du Pérou. Dans la région d’Ica (sud-ouest), la police a utilisé des gaz lacrymogènes pour tenter de débloquer plusieurs tronçons de l’autoroute Panaméricaine toujours fermée.

« Irresponsabilité »

Les troubles ont commencé le 7 décembre après la destitution et l’arrestation du président de gauche Pedro Castillo, accusé d’avoir tenté un coup d’État en voulant dissoudre le Parlement qui s’apprêtait à le chasser du pouvoir.

Ancienne vice-présidente de Pedro Castillo, avec laquelle elle avait été élue sur le même ticket en 2021, Dina Boluarte, a souligné qu’elle avait comme lui des origines andines. « Ça l’arrangeait de faire ce coup d’État afin de se victimiser et de déplacer tout cet appareil paramilitaire et de ne pas répondre devant le procureur des actes de corruption dont il est accusé. Il n’y a pas de victime ici, Pedro Castillo : il y a un pays qui saigne à cause de votre irresponsabilité », at-elle encore lancé mardi.

La crise est aussi le reflet de l’énorme fossé entre la capitale et les provinces pauvres qui soutenaient le président Castillo et voyaient son élection comme une revanche sur ce qu’elles désignent comme le mépris de Lima.

Avec AFP



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *