la police accusée de « violence » lors d’une manifestation anticharbon



Publié le :

Le collectif « Lützerath lebt! » a fait état de dizaines de blessés, dont certaines tombes, dans les rangs des militants, notamment à cause de morsures de chien et des canons à eau. Selon la police allemande, quelque 70 policiers ont été blessés dans les affrontements avec ces milliers de manifestants s’opposant à l’extension d’une mine de charbon dans l’ouest de l’Allemagne.

Des militants s’opposant à l’extension d’une mine de charbon dans l’ouest de l’Allemagne ont accusé, dimanche 15 janvier, la police d’avoir réprimé avec « violence » leur manifestation la veille, qui a dégénéré en affrontements où des dizaines de policiers et de manifestants ont été blessés.

Environ 15 000 manifestants, selon la police allemande – 35 000 selon les organisateurs -, dont l’activiste suédoise Greta Thunbergont protesté contre l’extension d’une mine de lignite à ciel ouvert entraînant la destruction du hameau de Lützerath, dans le bassin rhénan, entre Düsseldorf et Cologne, soutenant des activistes qui occupaient le site et que la police a entreprise de déloger depuis mercredi.

Une porte-parole des organisateurs de la manifestation, Indigo Drau, a accusé lors d’une conférence de presse la police de « violence pure », affirmant que les agents avaient battu « sans retenu » les militants, les frappant notamment à la tête.

Situation « très calme » dimanche

Le collectif Lützerath lebt! a fait état samedi de dizaines de blessés, dont certaines tombes, dans les rangs des militants. Une vingtaine d’entre eux étaient hospitalisés, selon une infirmière du groupe d’activistes, Birte Schramm.

La police a déclaré de son côté dimanche que quelque 70 de ses agents ont été blessés samedi, et que des poursuites judiciaires ont été engendrées contre environ 150 personnes.

La situation sur le terrain était redevenue « très calme » dimanche, selon la police.

L’opération d’évacuation à Lützerath est politiquement délicate pour la coalition du social-démocrate Olaf Scholz qui gouverne avec les écologistes, accusés par les activistes d’avoir trahi leurs engagements.

Le gouvernement juge nécessaire l’extension de la mine activée par le géant de l’énergie RWE pour la sécurité énergétique de l’Allemagne qui doit compenser l’interruption des livraisons de gaz russe, un motif impérieux que contestant les opposants, au nom de la lutte contre les énergies fossiles.

Avec AFP



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *