la colère froide de Tudor après le nul marseillais



L’entraîneur de l’OM Igor Tudor est apparu très contrarié par le match nul de son équipe (2-2) à Strasbourg, samedi au micro de Canal+.

Le sourire ironique a vite laissé place à l’aigreur du moment. A trois jours du match crucial face à Tottenham en Ligue des champions, l’OM a délabré une avance de deux buts en fin de match à Strasbourg (2-2)alors qu’il avait la rencontre en main, lâchant encore des points dont il avait pourtant cruellement besoin après trois défaites d’affilée en Ligue 1.

« Je ne sais pas ce qu’il s’est passé. Nous devions mener 5-0 à la pause, a pesté l’entraîneur marseillais Igor Tudor au micro de Canal+. Ce n’est pas normal de concéder deux buts dans les dernières minutes, de défendre avec dix joueurs derrière le ballon. Nous sommes très déçus. Je suis énervé parce que nous n’avons pas gagné. Le prochain match est dans trois jours, nous avons peu de temps pour réfléchir. Les joueurs pensaient peut-être que le match était terminé. Je leur ai pourtant crié que ce n’était pas le cas. »

L’éclair de génie de Gameiro

L’Olympique de Marseille a longtemps été dans le vrai, aussi bien dans l’intensité déployée par ses joueurs sur le terrain pour enflammer la rencontre, qu’en termes d’efficacité pour concrétiser cette domination. Le Sénégalais Bamba Dieng a ouvert le score de façon acrobatique en tout début de match (8e) puis Issa Kaboré a doublé la mise avant la pause (35e).

Mais le scénario s’est totalement inversé au retour des vestiaires. L’ambiance éruptive de la Meinau a donné des ailes aux Strasbourgeois, galvanisés par le soutien de leur public, une nouvelle fois au rendez-vous d’un grand soir. Les Strasbourgeois sont d’abord revenus au score grâce à Leo Mothiba (75e). Puis Kevin Gameiro, d’une reprise spontanée du pied gauche, a permis à tout un stade d’exploser dans une ambiance indescriptible, en arrachant un nul qui a saveur de victoire au cœur d’une saison poussive.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *