Greta Thunberg a rejoint les opposants au projet d’extension d’une mine de charbon



Publié le :

Un face-à-face tendu, émaillé d’échauffourées, a eu lieu samedi entre policiers et manifestants anti-charbon sur le site aussi spectaculaire que dangereux de la plus grande mine à ciel ouvert d’Allemagne où s’est rendu l’activiste suédoise Greta Thunberg.

Environ 6 000 manifestants – dont la militante écologiste suédoise Greta Thunberg – ont marché, samedi 14 janvier, jusqu’au village de Lützerath dans l’ouest de l’Allemagne, selon les estimations de la police, pour manifester contre l’extension d’une mine de charbon à ciel ouvert.

En vertu d’un accord entre le gouvernement et le groupe énergétique RWE, les forces de l’ordre ont commencé à évacuer cette semaine l’ancien village voué à la destruction dont des bâtiments sont occupés depuis deux ans par des opposants à l’agrandissement d’un site minier.

Peu de militants étaient encore installés sur la zone samedi mais des milliers de personnes se sont rassemblées pour contester ce projet qui symbolisent à leurs yeux l’échec du gouvernement de Berlin en matière de lutte contre le dérèglement climatique.

S’adressant à la foule juchée sur un podium, Greta Thunberg a dénoncé une « trahison pour les générations présentes et futures ». « L’Allemagne est l’un des plus grands pollueurs dans le monde et doit rendre des comptes », at-elle lancé.

À l’approche du village, les manifestants se sont heurtés à un barrage de policiers en tenue anti-émeute, dont certains ont fait usage de matraques pour repousser les protestataires.

La police régionale a dit sur Twitter avoir dû utiliser la force pour empêcher la foule de franchir des barrières et de s’approcher d’une zone dangereuse proche du site d’excavation.

Interrogé samedi au micro de la radio Deutschlandfunk, le ministre-président du Land de Rhénanie du Nord-Westphalie, le chrétien-démocrate Hendrik Wüst, a déclaré que la politique énergétique n’était « pas toujours propre » mais que le charbon était plus que jamais nécessaire pour pallier la crise énergétique que subit l’Allemagne.

Avec Reuters



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *