Garibian valide le rouge de Todibo contre Angers mais regrette celui de Locko face à Monaco



Dans une interview accordée à La chaîne L’Équipe, Pascal Garibian, le patron des arbitres français, est revenu ce lundi sur deux exclusions qui ont beaucoup fait parler la veille en Ligue 1 : celle de Jean-Clair Todibo lors de Nice-Angers et celle de Bradley Locko durant Reims-Monaco.

Deux décisions radicales, qui ont fait basculer le sort du match et alimenté de nombreux débats dimanche en Ligue 1. Lors de Nice-Monaco, Bastien Dechepy n’a pas hésité à exclure Jean-Clair Todibo au bout de 5 secondes à l’Allianz Riviera. Une première dans l’histoire du championnat de France. Le défenseur du Gym a écopé d’un carton rouge pour une faute sur Abdallah Sima, qui se dirigeait vers la surface adverse. Une sanction sévère que beaucoup de Niçois ont vécu comme une injustice. D’autant que le SCO en a profité pour s’imposer sur la Côte d’Azur, en s’appuyant sur sa supériorité numérique (0-1).

Interrogé à ce sujet sur La chaîne L’Équipe, Pascal Garibian a soutenu ce lundi la décision de Bastien Depechy. « M. Todibo a été exclu pour avoir anéanti une action de mais, a expliqué le patron des arbitres français. Techniquement, pour nous, il n’y a rien à redire à cette décision. L’arbitrage commence dès le coup d’envoi. A partir du moment où, au moment de la faute, l’arbitre a considéré que le fautif avait annihilé une occasion de but, la seule sanction disciplinaire qu’il peut prendre, c’est d’exclure le joueur fautif, réagir que M . Sima avait fait la différence et s’ouvrait le chemin du but. »

Garibian n’aurait pas exclu Locko

En revanche, Garibian se montre moins compréhensif pour l’autre exclusion polémique du week-end. Lors de Reims-Monaco, Bradley Locko a été renvoyé aux vestiaires à la 22e par Marc Bollengier, pour avoir écrasé le pied de Breel Embolo sans le faire exprès. « M. Locko dégageant un ballon et terminant son geste dans le mollet du joueur monégasque, pour nous, l’exclusion est trop sévère. Nous préférons que ce carton rouge ne soit pas mis », a reconnu le leader des arbitres. Plombé par ce carton rouge, les Rémois ont subi la loi des Monégasques, avant de s’incliner lourdement à Auguste-Delaune (0-3).



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.