Face aux polémiques, l’ambassadeur du Qatar en Allemagne a défendu l’organisation du Mondial



À deux mois du coup d’envoi de la Coupe du monde au Qatar, l’ambassadeur du Qatar en Allemagne, Abdulla Bin Mohammed bin Saud Al-Thani, a admis que « tout n’était pas encore parfait » mais affirme que le pays est sur « la bonne voie ».

Le compte à rebours continue de défiler, à deux mois du coup d’envoi de la Coupe du monde, qui débutera le 20 novembre par Qatar-Équateur. Surtout que les inquiétudes concernent l’organisation de la compétition, notamment après les nombreux ratés lors du match amical entre Al Hilal et Zamalekle 9 septembre dernier.

Lors d’un congrès sur les droits de l’homme organisé à Francfort, l’ambassadeur du Qatar en Allemagne, Abdulla Bin Mohammed bin Saud Al-Thani, a défendu son pays, affirmant qu’il est « sur la bonne voie », même s’il a encore besoin « de temps » pour finaliser les derniers détails, selon des propositions rapportées par Botteur.

Comparaison avec la Russie

L’ambassadeur du Qatar a imposé un traitement équitable de son pays en tant qu’hôte, particulièrement par rapport à la Russie, qui a accueilli la Coupe du monde en 2018 sans subir les mêmes critiques que le Qatar. « Si nous revenons quatre ans en arrière, la Coupe du monde se déroulait dans un pays, la Crimée venait d’être envahie. Il y avait des gens en prison, des gens opprimés, et il n’y avait aucune attention de la part de l’Allemagne, ni d’aucun autre pays en Europe », a déclaré Abdulla Mohammed al Thani.

Avant le début du Mondial, il y a encore beaucoup de travail pour les organisateurs, qui ont constaté plusieurs problèmes au stade de Lusail, qui accueillera la finale le 18 décembre. Les 77.575 supporters présents pour le match amical entre Al Hilal et Zamalek ont ​​vécu une expérience contrastée sous 34°C. L’humidité a rendu l’air plus chaud et la climatisation ne fonctionnait pas encore tout à fait correctement dans l’enceinte.

Mais ce n’est pas tout. Les spectateurs n’ont pas pu se rafraîchir à leur guise puisqu’il n’y avait plus d’eau potable à la mi-temps. Un scénario qui en a exaspéré certains, qui ont quitté le stade à la pause… pour rencontrer un autre problème. La station de métro étant située à 400 mètres de l’enceinte, une file de 2,5 kilomètres s’est formée.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.