En visite en Arménie, Nancy Pelosi condamnée les attaques « illégales » de l’Azerbaïdjan



Publié le : Modifié le :

Nancy Pelosi est qualifiée dimanche d' »illégales et meurtrières » les « attaques » de l’Azerbaïdjan sur le territoire arménien. La présidente de la Chambre des représentants des États-Unis effectue une visite de trois jours en Arménie, alors que les combats avec l’Azerbaïdjan ont fait plus de 200 morts cette semaine. À Bakou, ces déclarations ont été jugées « inacceptables ».

Alors que des affrontements frontaliers entre les forces azerbaïdjanaises et arméniennesont fait plus de 200 morts cette semaine, la présidente de la Chambre des représentants américaine, Nancy Pelosi, en visite en Arménieaccusé dimanche 18 septembre Bakou d’être responsable des violences.

« Nous condamnons ces attaques, au nom du Congrès (américain), qui menacent la perspective d’un accord de paix si nécessaire », a affirmé Nancy Pelosi, lors d’une conférence de presse à Erevan, la capitale armée. « L’Arménie a une importance particulière pour nous en raison de l’accent qui a été mis sur l’aspect sécuritaire après les attaques illégales et meurtrières de l’Azerbaïdjan sur le territoire arménien », at-elle ajouté.

Ces propos ont provoqué une réaction inhabituellement forte de Bakou, pour qui l’élue américaine met en danger la paix dans le Caucase.

« Les accusations non fondées et injustes portées par Pelosi contre l’Azerbaïdjan sont inacceptables », peut-on lire dans un communiqué du ministère azerbaïdjanais des Affaires étrangères.

« C’est un sérieux coup porté aux efforts de normalisation des relations entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan », ajoute le ministère, qui qualifie de « propagande arménienne » les déclarations de Nancy Pelosi.

Les affrontements entre les deux pays ont éclaté mardi 13 septembre et se sont terminés par une médiation internationale dans la nuit de jeudi. Les deux parties s’accusent mutuellement d’avoir déclenché les combats.

Un cessez-le-feu grâce à la médiation américaine

Le président du Parlement arménien, Alen Simonian, a de son côté remercié les États-Unis lors de sa conférence de presse conjointe avec Nancy Pelosi, affirmant que les violences avaient pu se terminer grâce à une médiation américaine, après l’échec d’une tentative de trève sous médiation russe.

« Nous sommes reconnaissants aux États-Unis pour l’accord sur un fragile cessez le feu obtenu grâce à leur médiation », a déclaré Alen Simonian.

Ces violences sont une escalade inédite depuis 2020 et menacent de torpiller un processus de paix fragile entre ces deux ex-républiques soviétiques du Caucase.

>> À voir : Arménie-Azerbaïdjan : des Arméniens s’engagent dans des groupes paramilitaires

En 2020 et dans les années 1990, les deux pays se sont affrontés pendant deux guerres pour contrôler la région séparatiste du Haut-Karabakh, une enclave peuplée d’Arméniens mais située en Azerbaïdjan.

Nancy Pelosi, arrivée samedi, est en Arménie pour une visite de trois jours. Elle est le plus haut responsable américain à se rendre à Erevan depuis l’indépendance de ce petit pays du Caucase en 1991, qui compte d’une importante diaspora aux États-Unis.

Cette visite intervient alors que la région, stratégique pour l’acheminement des hydrocarbures de la mer Caspienne, est en proie à des frictions entre l’influence de la Turquie, soutien de l’Azerbaïdjan, et celle de la Russie, alliée traditionnelle de l ‘Arménie où elle dispose d’une base militaire.

Avec AFP



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.