En Haïti, l’ONU dénonce la violence des gangs « au plus haut depuis des décennies »



Publié le :

L’émissaire des Nations unies en Haïti a décrit mardi, devant le Conseil de sécurité, des violences liées aux gangs dans ce pays qui ont atteint « des niveaux jamais vus depuis des décennies », avec notamment 1 359 enlèvements en 2022, soit une moyenne de 4 par jour.

La violence des gangs a atteint « des niveaux jamais vus depuis des décennies » fr Haïtis’est alarmée, mardi 24 janvier, l’émissaire de l’ONU dans le pays, réitérant devant le Conseil de sécurité l’appel à envoyer une force internationale.

« La violence liée aux gangs a atteint des niveaux jamais vus depuis des décennies. Les meurtres et les kidnappings ont augmenté pour la quatrième année consécutive », a déclaré Helen La Lime, portant le dernier rapport du secrétaire général Antonio Guterres sur ce pays pauvre des Caraïbes.

« En 2022, 1 359 kidnappings ont été enregistrés, plus du double de 2021, une moyenne de 4 par jour. Les meurtres ont également augmenté d’un tiers en un an, avec un total de 2 183 », at-elle indiqué.

>> À voir : Haïti : dans l’enfer des gangs, l’enquête des Observateurs de France 24

La violence des gangs « fait partie de stratégies bien définies conçues pour affirmer la population et étendre les territoires qu’ils contrôlent », at-elle soulignée, dénonçant l’utilisation des viols de femmes et d’enfants comme « tactique pour répandre la peur « .

La police haïtienne est équipée de nouveaux véhicules blindés, notamment fournis par le Canada, mais « débordée et en manque cruel de personnel et de ressources », elle « n’a pas été en mesure, à elle seule, d’empêcher la montée alarmante de la violence des bandes organisées », souligne Antonio Guterres dans son rapport.

4,7 millions de personnes en situation d’insécurité alimentaire aigüe

Alors « je réaffirme qu’il faut de toute urgence réussie une force armée spécialisée internationale », insiste le secrétaire général.

Une demande également répétée par l’ambassadeur d’Haïti à l’ONU Antonio Rodrigue. « L’heure est grave, il nous faut beaucoup plus d’action, il n’y a pas de place pour la lassitude », at-il déclaré devant le Conseil, notant que « sans sécurité, on ne peut prétendre à des élections honnêtes, transparentes et démocratiques » et au rétablissement du fonctionnement des institutions dans le pays.

En octobre, le secrétaire général avait relayé un appel à l’aide du Premier ministre Ariel Henry, demandant au Conseil de sécurité d’envoyer cette force. Mais sans résultat depuis : si quelques pays ont indiqué être prêts à y participer, aucun ne semble vouloir en prendre la tête.

>> À lire : En Haïti, « la population garde un très mauvais souvenir des interventions étrangères »

Conséquences de l’exacerbation de la crise sécuritaire et politique chronique subie par le pays, accompagnée par une résurgence du choléra, « le peuple haïtien subit la pire situation d’urgence humanitaire et de droits humains qu’il ait connu depuis des décennies », souligne le rapport.

Avec une augmentation de 63 % du prix du panier alimentaire moyen depuis 2021, 4,7 millions de personnes sont désormais en situation d’insécurité alimentaire aigüe, selon l’ONU.

Avec AFP



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *