en garde à vue, trois personnes admettent leur implication dans l’agression de la joueuse du PSG



D’après les informations de BFMTV, trois des quatre personnes placées en garde à vue dans l’affaire Kheira Hamraoui ont été reconnues ce jeudi, auprès des policiers de la PJ, leur implication dans l’agression de la joueuse.

L’affaire Kheira Hamraoui a pris un nouveau tournant ces dernières heures avec l’interpellation et la garde à vue de quatre personnes. Selon des sources judiciaires pour BFM TVtrois d’entre elles ont reconnu leur implication, devant les policiers de la PJ, dans l’agression de la joueuse du PSG.

On ne connaît pas encore la position de la quatrième personne. Toutes les gardes à vue se poursuivent ce jeudi en début de soirée. Kheira Hamraoui avait été agressée le 4 novembre 2021, après un dîner avec ses coéquipières. Elle avait été sortie de sa voiture avant d’être violemment frappée à coups de barre de fer.

Ce mercredi, trois premières interpellations étaient avérées par le parquet.  » Ces jeunes hommes, originaires de Villeneuve-Saint-Georges, ont été arrêtés « à leur domicile dans le Val-de-Marne », a indiqué le parquet, qui aussi précise « qu’au moins l’un d’entre eux a des antécédents judiciaires. » Une quatrième personne a été interpellée ce jeudi matin, soupçonnée d’être l’un des deux agresseurs.

Hamraoui mise à l’écart par le PSG

Les gardes à vue peuvent durer jusqu’à 48 heures au sein des locaux de la police judiciaire de Versailles. Les policiers de la Brigade de répression du banditisme (BRB) les soupçonnaient d’avoir participé aux violences commises sur Kheira Hamraoui (39 sélections). Les enquêteurs ont exploré les liens entre cette agression et l’entourage des joueuses du PSG afin de déterminer un mobile.

Les remontent au 4 novembre 2021 après un dîner avec le groupe du PSG dans un restaurant du bois de Boulogne. Hamraoui avait pris place à bord de la voiture conduite par sa coéquipière Aminata Diallo avec Sakina Karchaoui. Après avoir déposé cette dernière chez elle à Chatou, les deux joueuses avaient vu surgir deux hommes masqués qui avaient extirpé Hamraoui du véhicule avant de la rapper au niveau des jambes. Dans un premier temps, Aminata Diallo avait été suspectée et placée en garde à vue pendentif 40 heures sans qu’aucune charge ne soit retenue contre elle.

La piste d’une vengeance dans le cadre d’une relation extra-conjugale avait été étudiée avant d’être écartée. Cette affaire a renforcé une grosse fracture dans le vestiaire du PSG où plusieurs joueuses ont ostensiblement apporté leur soutien à Diallo, s’opposant ainsi à Hamraoui. Avant le début de cette nouvelle saison, cette dernière s’est vue signifiant sa mise à l’écart du groupe. Elle l’a fait constatée par un huissier, mardi au Camp des Loges.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.