Donald Trump et ses enfants transférés à New York pour fraude fiscale



Publié le :

La procureure générale de l’État de New York a engagé mercredi des poursuites pour fraude fiscale contre Donald Trump, en lien avec les activités de son groupe immobilier. L’ancien président américain nie toute malversation et dénonce une « chasse aux sorcières ».

La procureure générale de l’État de New York, Letitia James, a annoncé mercredi 21 septembre des poursuites au civil contre Donald Trump et plusieurs de ses enfants dans l’enquête sur les pratiques fiscales de son groupe, la Trump Organization, renforçant la pression de la justice sur l’ancien président républicain.

La procureure, une élue démocrate qui porte le fer judiciaire depuis des années contre le milliardaire, a indiqué qu’elle réclamait 250 millions de dollars de réparations au nom de l’État de New York, ainsi que des interdictions de diriger des sociétés pour Donald Trump et ses enfants Donald Trump Jr, Ivanka Trump et Éric Trump.

La plainte, déposée devant la cour suprême de l’État de New York, « démontre que Donald Trump a faussement gonflé la valeur nette (de ses biens) à hauteur de plusieurs milliards de dollars pour s’enrichir injustement et pour tromper le système, ainsi que nous tous », at-elle assuré.

>> À lire : « Perquisition chez Donald Trump : ce que risque l’ancien président américain »

Selon elle, la valeur des actifs a été « manipulée de manière répétée et persistante » pour « inciter les banques à prêter de l’argent à la Trump Organisation à des conditions plus favorables », « pour payer moins d’impôts » ou « pour inciter les compagnies d’assurance à fournir une couverture d’assurance pour des limites plus élevées et à des primes plus basses ».

En conséquence, elle réclame aussi « l’interdiction » pour Donald Trump ou la Trump Organization « de s’engager dans toute acquisition de biens immobiliers commerciaux dans l’Etat de New York ou de demander des prêts auprès de toute institution financière ». La Trump Organisation comprend des immeubles, des hôtels de luxe, des golfs et des lieux de divertissement.

Poursuites « politiques »

L’enquête avait été ouverte en mars 2019 après le témoignage explosif au Congrès à Washington d’un des anciens avocats personnels de Donald Trump, Michael Cohen, faisant état de ses évaluations frauduleuses, à la hausse ou à la baisse.

Sur le réseau social de Donald Trump, Truth Social, sa porte-parole Liz Harrington a déclaré des poursuites « politiques » venant des démocrates.

« Ils ont transformé la ville de New York en un pays du tiers-monde. Ils relâchent des criminels violents dans les rues, et utilisent toute leur énergie pour s’en prendre à un homme d’affaires prospère et respectueux des lois, qui est leur adversaire politique numéro un », at-elle accusé.

« Ces gens sont DÉRANGÉS. Le président Trump n’a pas gonflé ses avoirs, il les a sous-estimés », at-elle encore affirmé.

Ces poursuites contre Donald Trump s’ajoutent à plusieurs enquêtes déjà en cours autour de l’ancien président (2017-2021). L’une d’elles, sur ses archives présidentielles, a entraîné une perquisition spectaculaire du FBI le 8 août dans sa résidence Mar-a-Lago, en Floride.

Le milliardaire, qui envisage ouvertement de se représenter à la présidentielle de 2024, est aussi visé par des enquêtes sur ses efforts pour renverser les résultats de l’élection présidentielle de 2020 perdus contre Joe Biden et sur son rôle dans l’assaut violent de ses partisans contre le Capitole le 6 janvier 2021.

Il n’est pour l’instant condamné pénalement dans aucune de ces autres affaires.

Avec AFP



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.