Deux suspects arrêtés après l’attaque du Jour de l’Indépendance d’Israël qui a fait trois morts


La police avait précédemment identifié les suspects comme étant Assad Yussef Assad Al-Rafa’i, 19 ans, et Subhi Imad Subhi Abu Shakir, 20 ans.

Ils sont tous deux résidents du village de Romana dans la province de Jénine, selon un communiqué de la police vendredi.

Les arrestations sont intervenues après une chasse à l’homme impliquant des hélicoptères, des barrages routiers et des points de contrôle des véhicules.

Les trois hommes tués dans l’attaque sont morts sur les lieux et ont été enterrés vendredi à l’issue d’un immense cortège funèbre, a indiqué le service de secours israélien Zaka Tel Aviv.

Le service d’urgence du Magen David Adom (MDA) les a nommés Oren Ben Yiftach, père de six enfants ; Yonatan Habakkuk, père de cinq enfants ; et Boaz Gol, père de cinq enfants. Tous étaient dans la quarantaine, a déclaré le MDA plus tôt.

Trois hommes blessés dans l’attaque sont désormais dans un état stable, ont indiqué dimanche les hôpitaux qui les ont pris en charge.

Les deux patients de l’hôpital Beilinson sont ventilés et anesthésiés, a indiqué le centre médical, décrivant leur état comme « grave mais stable ». Il n’y a pas de changement dans l’état du jeune de 20 ans blessé au centre médical de Sheba, a indiqué l’hôpital, affirmant qu’il était « stable mais dans un état critique avec de graves blessures à la tête causées par une hache ».

Elad, où l’attaque a eu lieu, est une petite ville calme et essentiellement religieuse du centre d’Israël, non loin de l’aéroport international Ben Gourion.

L’attaque a marqué le dernier d’une série d’incidents violents qui ont mis Israël et les territoires palestiniens à bout ces dernières semaines.

Des Israéliens participent aux funérailles de Yonatan Havakuk et Boaz Gol qui ont été tués dans l'attaque.

Des dizaines de personnes sont mortes dans les violences en Israël et en Cisjordanie depuis le 22 mars, selon un décompte de CNN.

Dans un communiqué, le Premier ministre Naftali Bennett a condamné l’attaque de jeudi et a présenté ses condoléances aux familles touchées.

« Nos ennemis se sont lancés dans une campagne meurtrière contre les Juifs où qu’ils soient. Leur objectif est de briser notre esprit, mais ils échoueront. Nous mettrons la main sur les terroristes et leur environnement de soutien, et veillerons à ce qu’ils en paient le prix », a déclaré Bennett. dit dans le communiqué.

Cinq personnes abattues près de Tel-Aviv, la troisième attaque en Israël en une semaine

Israël a confirmé qu’il garderait Gaza et la Cisjordanie fermées au moins jusqu’à lundi après l’attaque, prolongeant les fermetures déjà en place pour les vacances israéliennes.

Les Forces de défense israéliennes ont déclaré que les Palestiniens vivant dans ces territoires ne seraient autorisés à entrer en Israël qu’avec une autorisation préalable sur une base humanitaire, dans des circonstances particulières ou pour des raisons médicales.

Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a également condamné les violences de jeudi, a indiqué son bureau dans un communiqué.

« Le meurtre de civils palestiniens et israéliens ne fait qu’aggraver davantage la situation à un moment où nous nous efforçons tous de parvenir à la stabilité et d’empêcher l’escalade », a déclaré Abbas dans le communiqué.

Abbas a mis en garde contre les colons juifs utilisant l’incident comme excuse « pour mener des attaques et des réactions contre notre peuple palestinien ».

Des juifs ultra-orthodoxes en deuil encerclent un homme accablé de chagrin suite à l'attaque.

Il a ajouté que « la paix durable, globale et juste est le moyen le plus court et le meilleur pour assurer la sécurité et la stabilité des peuples palestinien et israélien et des peuples de la région ».

Tard jeudi, des groupes militants palestiniens à Gaza, le Hamas et le Jihad islamique, ont salué l’attaque terroriste présumée, sans s’en attribuer explicitement le mérite.

Le porte-parole du Hamas, Fawzi Barhoum, a lié l’attaque à des affrontements dans l’enceinte de la mosquée al-Aqsa à Jérusalem.

Seuls les musulmans sont autorisés à visiter le lieu saint, appelé le Mont du Temple par les Juifs et Haram al-Sharif ou Noble Sanctuaire par les Musulmans, au cours des 10 derniers jours du Ramadan chaque année. Des groupes de Juifs israéliens ont recommencé à visiter jeudi.

Jennifer Hansler et Jorge Engels de CNN ont contribué au reportage.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *