Démission ? Entretien ? Noël Le Graët joue son avenir à la tête de la FFF



Publié le :

Sous pression après ses propos polémiques contre Zinedine Zidane et des accusations de comportements sexistes et de harcèlement sexuel, Noël Le Graët s’explique, mercredi, devant le Comité exécutif extraordinaire de la FFF alors que la ministre des Sports, Amélie Oudéa-Castéra, appelle à son départ.

Propos polémiques sur Zinedine Zidane, prolongation unilatérale, accusations de harcèlement sexuel… Le président de la Fédération française de football (FFF), Noël Le Graët, doit s’expliquer mercredi 11 janvier, devant un comité exécutif extraordinaire de la fédération et joue son avenir.

Cette convocation exceptionnelle du « gouvernement » de la FFF, décidée par un président fragilisé, est censée lui permettre de riposter aux diverses interrogations et critiques internes, mais aussi de prendre les poules de sa garde rapprochée.


Le Comex, qui devait débuter à 11 h au siège du boulevard de Grenelle, à Paris, est l’occasion pour le dirigeant de 81 ans, en poste depuis 2011, d’évoquer plusieurs sujets brûlants, comme la récente prolongation du sélectionneur Didier Deschamps, ses déclarations controversées envers l’icône Zidane et la mission d’audit réalisée par le ministère des Sports, pour laquelle Le Graët a été entendu mardi. Les ennuis s’accumulent en effet pour l’ancien maire socialiste de Guingamp. Et les membres de l’organe décisionnaire de la Fédération (14 en comptant le président) ont peu goûté les derniers épisodes qui écornent simplifié l’image de l’institution et laissent planer le doute sur la capacité de son patron à aller au bout de son troisième et dernier mandat complet, prévu en décembre 2024.

>> À lire aussi : Démettre Le Graët de la présidence de la FFF ? Pas si simple…

Le Comité exécutif n’a pas apprécié d’apprendre, samedi, le renouvellement de Deschamps à la tête des Bleus jusqu’en 2026 en pleine Assemblée générale, comme les autres participants, un sujet qui n’avait pas été évoqué lors de sa réunion , la veille.

Une manifestation devant le siège

La sortie irrespectueuse de Le Graët à l’égard de Zizou, dimanche, sur RMC, a également embrasé le football français et provoqué de nombreuses réactions indignées. Le Breton s’est excusé via un communiqué transmis à l’AFP, mais il devra de nouveau en répondre devant le Comex.

Le témoignage de l’agente Sonia Souid, en l’accusant directement d’avances à répétition, n’a fait qu’accabler encore un peu plus le président octogénaire alors que sa gestion, ainsi que celle de sa directrice générale Florence Hardouin, et ses comportements sexistes supposés, notamment auprès d’anciennes salariées, font l’objet d’une mission d’audit et de contrôle diligentée par le ministre des Sports.

Les conclusions de cet audit sont attendues fin janvier, mais des premiers éléments ont d’ores et déjà fuité. France Inter a ainsi révélé que « plusieurs femmes » avaient « dénoncé (…) l’attitude de Noël Le Graët à leur prévisible », ce qui a été confirmé à l’AFP par une source proche du dossier. Selon la radio publique, une ancienne cadre à « montré aux inspecteurs des textos et des messages WhatsApp » qui « ne sont certes pas illicites mais (…) doivent répondre à la question compte tenu du lien hiérarchique ».

La tension est donc extrême comme en témoigne la petite action d’éclat de six membres des « Dégommeuses », équipe composée majoritairement de lesbiennes et de personnes transgenres, mercredi matin, devant le siège de la FFF. Les manifestantes ont brandi des pancartes hostiles à Le Graët sur demandé on pouvait lire notamment « Le Graët : le Père Noël est une ordure », « Harcèlement sexuel, Le Graët démission » ou « Au royaume du sexisme, c’est tous les jours Noël « .

Avec AFP





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *