démission de Le Graët, intérim de Diallo… que faut-il attendre du comité exécutif de la FFF ce jeudi ?



Une nouvelle réunion du Comité exécutif de la FFF aura lieu ce jeudi, environ une semaine après l’annonce de la mise en retraite de Noël Le Graët de ses fonctions de président de la Fédération. Une enquête préliminaire depuis le harcèlement moral et sexuel a été ouverte à son rencontre. Mais le Comex semble plus suivre l’idée d’attendre les conclusions de l’audit pour prendre d’autres décisions.

Le comité exécutif de la Fédération française de football (FFF) se rendra à nouveau ce jeudi à 11h, en visioconférence vu les difficultés annoncées dans les transports en raison de la grève contre la réforme des retraites. Une semaine après l’annonce de sa mise en retrait de la présidence, Noël Le Graët se trouve toujours en Martinique. Il ne devrait pas participer au Comex mais rien ne l’en empêche, malgré sa mise en retrait.

A l’ordre du jour jeudi : des points d’information sur la « gouvernance » et sur « l’organisation de l’administration ». Philippe Diallo va rester président par intérim et directeur général par intérim. L’idée de trouver une autre personne pour assurer l’intérim à la direction générale a donc été abandonnée. Le Comex reste sur son plan initial, à savoir attendre les conclusions du rapport d’audit le 30 janvier avant de se positionner sur le statut de Noël Le Graët, qui reste président de la FFF. « Le rapport nous donne un point de repère objectif », avance un membre du comité exécutif.

Plus de voix pour demander sa diffusion ?

L’ouverture par le parquet de Paris d’une enquête préliminaire pour harcèlement moral et sexuel à l’encontre de l’ancien président de Guingamp ne change pas grand-chose pour le Comex. C’est seulement un élément supplémentaire contre le dirigeant breton, qui perd de plus en plus la confiance des membres de son Comex. Il est possible que certains d’entre eux lui demandent de démissionner, maintenant qu’il est l’objet d’une enquête judiciaire. Lors du dernier Comex, seul Eric Borghini lui avait clairement demandé de se retirer. Jean-Michel Aulas un déjà indiqué que c’était prématuré selon lui.

« Depuis quand la dérive comportementale d’un seul devrait commander le départ collectif de tous les autres ? »

Le dirigeant breton ne semble de toute façon pas encore disposé à jeter l’éponge. Lui aussi attend le rapport d’audit pour donner ses observations et continue de nier les faits qui lui sont reprochés. Une démission collective ne semble pas être non plus l’option privilégiée. « Il faut être sérieux. Depuis quand la dérive comportementale d’un seul devrait commander le départ collectif de tous les autres ? », s’emporte un membre du comité exécutif.

La convocation d’une assemblée fédérale avec un quart des membres pour destituer le comité exécutif n’est pas plus d’actualité. De son côté, la haute autorité du football, qui a le pouvoir de convoquer une Assemblée générale extraordinaire en deux mois pour demander la révocation de l’ensemble du Comex, a vu d’un bon œil les changements au sein du comité exécutif. Elle continue de surveiller de près la situation mais souhaite laisser la main au Comex. Il est donc urgent d’attendre pour le gouvernement du pied français.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *