« Demandez à Southgate », Queiroz ne veut plus de questions sur la répression en Iran



Carlos Queiroz, le sélectionneur de l’équipe iranienne au Mondial 2022, a reproché à une journaliste de BBC Persia d’insister avec des questions sur les manifestations durement réprimées en Iran.

Carlos Queiroz ne veut plus que lui ou ses joueurs soient interrogés sur la répression en Iran, au moins que des questions similaires soient posées aux équipes occidentales. L’entraîneur portugais, sélectionneur de l’Iran, n’a clairement pas caché son agacement lors de la conférence de presse organisée à la veille du deuxième match contre le Pays de Galles (vendredi 11h00). Lors qu’un journaliste de BBC Persia a interrogé l’attaquant Mehdi Taremi sur les manifestations déclenchées par la mort de Masha Amini, Carlos Queiroz est intervenu.

« Je vous demande une chose maintenant Pourquoi ne pas poser des questions aux autres coachs sur les autres cultures ?sélectionneur de l’Angleterre, ndlr) ? Que pensez-vous de l’Angleterre et des États-Unis qui ont abandonné l’Afghanistan et toutes les femmes? » La journaliste a répondu en défendant son droit de poser une question, avant que Carlos Queiroz ne finisse par quitter la conférence de presse .

Un ex-arrêté international en Iran

Entre temps, Mehdi Taremi avait donné une réponse à la journaliste, en lui faisant comprendre qu’il ne souhaitait plus s’exprimer sur les événements en Iran : « Nous avons toutes sortes de journalistes ici et je pense que dans cet espace, quand c ‘est un espace pour le sport et le football, les journalistes sportifs marginaux doivent être présents ici pour que les fans puissent apprécier le football. Ce qui se passe en (…), je ne peux pas le changer. Des milliers de personnes comme moi ne peux pas le changer ».

Pour un footballeur iranien, prendre ouvertement position contre le pouvoir en place s’avère risqué. Jeudi, les autorités ont arrêté Voria Ghafouri, 35 ans, ancien footballeur international kurde qui a soutenu les manifestations secouant la République islamique depuis septembre. Accusé d’avoir « insulté et sali la réputation de l’équipe nationale et de s’être livré à la propagande » contre l’État, il a été interpellé après une séance d’entraînement de son équipe « Foolad » (acier, en persan) de Khouzistan.

Lors du premier match de l’Iran au Mondial, les joueurs ont marqué le coup en restant silencieux pendant la diffusion de l’hymne national.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *