De nouvelles précipitations attendues en Californie, l’état de catastrophe majeure décrété



Après trois semaines de précipitations qui ont fait plusieurs morts, le président américain a déclaré dimanche l’état de catastrophe majeure en Californie, où de nouvelles intempéries sont attendues dimanche. La veille au soir, des dizaines de milliers de Californiens ont reçu l’ordre d’évacuer.

Le président américain Joe Biden a déclaré l’état de catastrophe majeure en Californieoù de nouvelles intempéries sont attendues, dimanche 15 janvier, après trois semaines de précipitations inédites qui ont fait au moins 19 morts.

Joe Biden a ordonné l’octroi d’une aide fédérale pour aider les habitants et les collectivités de cet État à réparer les dommages causés depuis le 27 décembre par les violentes tempêtes hivernalesqui ont réduit les inondations, les glissements de terrain et les coulées de boue, selon un communiqué de la Maison Blanche.

Une importante vague de pluie – et de neige en montagne – a balayé samedi de nombreuses zones de l’État le plus peuplé des États-Unis, dont les sols sont déjà saturés d’eau.

Une nouvelle « rivière atmosphérique », c’est-à-dire une bande étroite dans l’atmosphère transportant d’énormes quantités d’humidité depuis les tropiques, est attendue lundi, jour férié aux États-Unis, apportant « de nouvelles vagues de précipitations extrêmes », prévient le Service météorologique national (NWS).

Des lignes électriques ont été supportées, tandis que des champs et des routes se sont noyés en Californie.

Le NWS s’attend à des « inondations désastreuses » dans la basse vallée de la rivière Salinas, une importante région agricole au sud de la baie de San Francisco. « Ce n’est pas fini », a averti lors d’une conférence de presse le gouverneur de Californie Gavin Newsom, faisant valoir que même si la pluie diminuait en intensité, les sols étaient gorgés d’eau et les risques d’inondation restaient donc importantes.

Conscient de la lassitude des Californiens après déjà plusieurs semaines de trombes d’eauil a dit : « Je nous conjure, nous tous, de maintenir notre vigilance et notre bon sens pendant les 24 à 48 heures qui viennent ».

Ordre d’évacuation

Selon le NWS, près de 26 millions de Californiens étaient encore sous le coup d’une alerte aux inondations samedi soir, et des dizaines de milliers d’entre eux ont reçu l’ordre d’évacuer.

« Je suis tellement en colère, ça me donne juste envie de pleurer », confie à l’AFP Camilla Shaffer, une britannique de 59 ans qui vit à Felton, au sud de San Francisco, dont la maison a été inondée trois fois en deux semaines.

Dans cette bourgade forestière, Amberlee Galvin et sa mère ont, elles, vu l’eau monter jusqu’au plafond de leur rez-de-chaussée « en l’espace de 10 minutes » lundi, et même pénétrer à l’étage. « Nous avons été secourues par un voisin en canoë », raconte cette cuisinière de 23 ans.

Dans la région de Salinas, ville de 160 000 habitants au sud de San Francisco où la rivière éponyme a débordé de son lit, la crue touchait les pièces agricoles de la vallée mais épargnait les zones urbaines, a constaté samedi matin un journaliste de l’ AFP.

À Spreckles, un lotissement à quelques centaines de mètres du cours d’eau, la plupart des habitants n’avaient pas évacué malgré les alertes des autorités cette semaine.

« Il semblerait que nous ayons cessé le pire », souffle Robert Zagajeski, sorti promener son chien sous une pluie fine. D’après les prévisionnistes, la rivière doit commencer à refluer à partir de samedi.

Comme le reste de la Californie, Salinas, patrie de John Steinbeck dont le Nobel de littérature s’est largement inspiré pour écrire ses « Raisins de la colère », enchaîne les déluges.

« On a besoin d’autant de pluie que possible, mais les agriculteurs ne peuvent absolument rien faire avec des champs aussi trempés », soupire Robert Zagajeski.

Quelques kilomètres plus loin, Erick Diaz regarde les champs inondés depuis sa modeste maison en bois non loin de la rivière. Malgré un ordre d’évacuation visant 17 000 personnes dans la région, lui aussi reste chez lui.

« Je n’ai nulle part où aller et pour le moment tout va bien », dit cet ouvrier agricole de 30 ans.

Puissant blizzard

Dans les montagnes, ces précipitations se produisent par d’importantes chutes de neige, avec plus d’un mètre attendu au cours du week-end dans la Sierra Nevada, les autorités alertant sur les risques d’avalanche et déconseillant tout déplacement.

Les autorités de la station de ski de Lake Tahoe, dans le Nevada, ont publié des photos montrant des dizaines de véhicules alignés sur une route, bloqués par un puissant blizzard.

Au moins 19 personnes sont mortes depuis le début de cette série d’intempéries. Des conducteurs ont notamment été retrouvés dans leurs voitures piégées par les flots, des personnes frappées par des chutes d’arbres, un couple a été tué par un éboulement et des corps ont été charriés par les crues.

La Californie est habituée aux conditions météorologiques extrêmes, et les tempêtes hivernales sont courantes. Un tel enchaînement est en revanche hors du commun.

S’il est difficile d’établir un lien direct entre ces tempêtes en série et le changement climatique, les scientifiques expliquent régulièrement que le réchauffement augmente la fréquence et l’intensité des phénomènes météorologiques extrêmes.

Les pluies diluviennes des dernières semaines ne suffiront toutefois pas à en finir avec la sécheresse qui frappe durement cet État de l’Ouest américain depuis deux décennies, selon des spécialistes.

Avec AFP



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *