courtisé par la Belgique, famille de footballeurs… les choses à savoir sur Truffert, nouvel appelé avec les Bleus



Appelé pour la première fois en équipe de France A pour pallier le forfait de Lucas Digne, Adrien Truffert (20 ans) a percé à Rennes, son club formateur, au point de susciter l’intérêt de la Belgique, où il est né sans avoir vécu longtemps.

Appelé… depuis Clairefontaine

Didier Deschamps n’a pas eu à chercher très loin pour trouver le remplaçant de Lucas Digne, dernier forfait en date d’une très longue liste, ce mardi. Le sélectionneur a puisé dans l’équipe Espoirs, réunie à Clairefontaine comme les A, pour préparer deux matchs amicaux en Allemagne (vendredi, 18h15), puis face à la Belgique (lundi, 21h). Il a appelé le Rennais Adrien Truffert… pas le joueur de l’effectif breton le plus attendu en sélection alors que Martin Terrier, Steve Mandanda et Benjamin Bourigeaud avaient été pré-sélectionnés. Truffert est un habitué des Espoirs (14 sélections) après avoir évoqué les U18 et les U19. Il a notamment disputé l’Euro 2021 (élimination en quarts) quelques mois après des débuts remarqués en club.

Des débuts canons avec Rennes

Arrivé au centre de formation de Rennes en 2015, Adrien Truffert a fait ses grands débuts avec les pros sous les ordres de Julien Stéphan en décembre 2020. Et il avait frappé fort dès son premier match. Entré pour remplacer Faitout Maoussa, alors titulaire au poste, il avait délivré une passe décisive avant de marquer le but de la victoire face à Monaco (2-1). Le latéral gauche avait entraîné sur sa engendré en devenant titulaire au poste et en disputant ses premiers matchs de Ligue des champions (où Giroud – qu’il retrouvera avec les Bleus – l’avait impressionné lors du match face à Chelsea).

« La Truff' » avait conservé la confiance de Bruno Genesio, nommé quelques mois plus tard après le départ brutal de Stéphan (34 matchs, toutes compétitions confondues en 2020-2021). « Ce qui m’a le plus surprise depuis mon arrivée, c’est sa faculté à assimiler des informations et des consignes, avait reçu le technicien quelques semaines plus tard. Des choses ont changé entre ce que demandait l’ancien coach et ce que je lui demande. Et, très vite, il s’est adapté, ça démontre une intelligence de jeu tactique intéressante. »

>> Suivez toutes les infos de l’équipe de France EN DIRECT

La Belgique a tenté une approche

Adrien Truffert est né à Liège en Belgique le 20 novembre 2021. Une information qui n’a pas échappé à Roberto Martinez, sélectionneur des Diables Rouges, qui a pris le pouls auprès de l’intéressé pour le retenir. « Oui, j’ai suivi Truffert et j’ai parlé avec lui, mais pas encore de façon concrète, confiait l’Espagnol en mars 2021. Il s’agissait plus d’une prise d’informations. » S’il est natif du plat pays, le joueur n’y a pas de grandes attaches et toujours privilégié la sélection française. « Je suis de Chartres, rappelait-il dans Ouest-France en février 2021. J’ai vécu six mois en Belgique puis mes parents se sont installés à Chartres après un passage en Angleterre. » C’est bien avec les Bleus qu’il pourrait commencer sa carrière internationale.

Une famille de footballeurs

Chez les Truffert, le pied est une affaire de famille. Son père, Jean-Christophe, est ainsi passé par le centre de formation d’Auxerre où il n’a pas réussi à se faire une place jusque chez les professionnels. « Après il a arrêté, parce que ça s’est mal passé, surtout au niveau extra-sportif, confiait son fils dans Ouest-France. Mais il a baigné dans le foot. » Il est passé dans les rangs du VS Chartres. Son petit frère Florian (16 ans) a aussi signé un contrat aspirant avec le Stade Rennais en 2021.

Ailier de formation

S’il a percé comme arrière gauche, Truffert a été formé au poste d’ailier et cela se sent dans sa faculté à attaquer. Il avait délivré trois passes décisives lors de sa première saison, quatre la dernière saison. Il sait aussi marquer (trois buts en 2021-2022, dont un doublé contre Lyon). Bruno Genesio l’utilise d’ailleurs parfois comme ailier gauche, comme récemment à Larnaca en Ligue Europa. « C’est un poste que je connais, auquel j’ai déjà joué, confiait-il après le match. Je n’étais pas désorienté. C’est un poste auquel je peux jouer, c’est le coach qui décide. »

S’il évolue dans une défense à quatre en club, son goût pour l’attaque pourrait le servir dans le schéma à cinq défenseurs utilisé par Deschamps avec des très offensifs latéraux. Sa faculté à multiplier les courses plaident pour lui, même s’il fait parfois preuve d’inconstance en club où il alterne avec Biger Meling. Dans l’After en mai dernier, il notait ses progrès sur le plan défensif : « C’était important que je sois plus agressif dans mes duels, sur des placements. » Il reste sur un match très solide à Marseille, dimanche dernier, où il a contrarié un certain Jonathan Clauss… qu’il retrouvera avec les A dès ce mardi.

Sollicité par des clubs européens

Adrien Truffert est sous contrat jusqu’en 2025 avec Rennes et la question d’un départ ne s’est pas vraiment posé l’été dernier même si des clubs européens lui ont montré un intérêt, à l’instar de l’Ajax Amsterdam et d’Everton. « C’est flatteur d’avoir des clubs qui s’intéresse à toi, avait-il nommé dans l’After sur RMC. Honnêtement la question aujourd’hui ne se pose pas forcément. (…) Je me la poserai plus tard, avec mes parents et mes agents. Mes parents sont super importants. »

Nicolas Couet Journaliste RMC Sport



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.