comment s’est déroulée la rencontre très attendue entre les entraîneurs et les arbitres



Pendant près de trois heures, la Direction technique de l’arbitrage (DTA) a reçu onze entraîneurs de Ligue 1, ce mardi au « Replay Center » à Paris, où est centralisée l’assistance vidéo à l’arbitrage. Une rencontre perçue comme très positive par les acteurs présents.

Très attendu par tous les acteurs de Ligue 1, nombreux à s’en prendre aux décisions arbitrales, une rencontre entre les hommes aux sifflets et les entraîneurs du championnat de France a lieu ce mardi dans les locaux parisiens de l’assistance vidéo à l’arbitrage.

Longue de près de trois heures, en compagnie d’onze des vingt coachs de L1*, cette réunion – qu’un des acteurs nous a débriefé – a permis à tous les arbitres présents au côté de leur patron Pascal Garibian de revenir sur les dernières polémiques : les sorties rouges à Agréable ous Reimsle pénalty sifflé contre Montpellier à Angers…

« Une belle session d’échange en dehors des micros et des caméras »

Les hommes en noir ont ainsi pu reconnaître s’être trompés sur certaines décisions. Les entraîneurs ont eux pris la place des acteurs du VAR pour analyser quelques exemples concrets avec le technicien vidéo. Objectif : comprendre son fonctionnement, constater la rapidité avec laquelle il faut prendre une décision ou encore le nombre de vérifications à faire sur les situations chaudes.

« C’était une belle session d’échange en dehors des micros et des caméras, et c’est bien de pouvoir se dire les choses, a assuré le coach lorientais Régis Le Bris, mardi soir dans Génération After sur RMC. C’était très pédagogique dans les deux sens, les arbitres précisant leurs contraintes et leurs difficultés.34 en 8 journées, ndlr) ? Ils ne l’ont pas expliqué dans le détail. Après certains cartons méritaient de l’être, mais ils reconnaissaient aussi que d’autres n’étaient pas justifiés. »

Les attitudes hauteaines de certains arbitres au programme

Le travail réalisé, très complexe, demande beaucoup de concentration. Les entraîneurs ont ainsi admis pouvoir comprendre que les arbitres VAR pouvaient finir un match fatigué, au vu du nombre de données à analyser. Une tâche similaire à celle qui peut réaliser les analystes vidéo dans les différents clubs, permettant aux techniciens de sélectionner des séquences pour essayer d’anticiper au mieux les situations à venir.

Les coachs de Ligue 1 ont également pu y évoquer les attitudes des joueurs envers les arbitres, tout comme les attitudes hautes de certains arbitres envers les joueurs. Beaucoup de choses ont été proposées, tout comme des axes d’améliorations quant aux attitudes arbitrales. Le rendu final est perçu comme très positif par les acteurs sur place, dans ce contexte particulier sans la pression du match pour peser sur les entraîneurs, les arbitres ou le VAR.

*Régis Le Bris (Lorient), Olivier Pantaloni (Ajaccio), Bruno Irles (Troyes), Jean-Marc Furlan (Auxerre), Philippe Clément (Monaco), Paulo Fonseca (Lille), Olivier Dall’Oglio (Montpellier), Michel Der Zakarian (Brest), Antoine Kombouaré (Nantes), Bruno Genesio (Rennes) et Philippe Montanier (Toulouse). Les autres entraîneurs ont décliné ou n’ont pas répondu à l’invitation.

Romain Daveau avec Julien Landry



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.