comment les enquêteurs ont identifié les ultras impliqués dans le chaos du barrage



Le procureur de la République de Saint-Etienne a donné des précisions sur la manière dont les enquêteurs sont parvenus à interpeller ce lundi une trentaine d’ultras de l’ASSE impliqués dans les débordements qui ont suivi le barrage Ligue 1-Ligue 2 contre Auxerre , perdu en mai dernier à Geoffroy-Guichard.

Il a fallu quatre mois pour éclaircir un peu le chaos. Une opération de grande ampleur a été menée par une centaine de policiers, ce lundi, dans la région de Saint-Etienne. Elle a permis d’interpeller une trentaine d’ultras de l’ASSEsoupçonnés d’avoir participé aux débordements survenus après le barrage Ligue 1-Ligue 2 perdu face à Auxerre (1-1, 4 tab à 5), le 29 mai dernier. Au coup de sifflet final, des violences avaient éclaté, avec notamment un envahissement de terrain et de nombreuses dégradations autour de Geoffroy-Guichard (évaluées à près de 600.000 euros).

David Charmatz, le procureur de la République, a publié un communiqué afin de donner des précisions sur la manière dont les forces de l’ordre sont remontées jusqu’aux protagonistes de cette soirée tendue. Après les incidents, la sûreté départementale de la Loire a mis en place une cellule composée de trois fonctionnaires de l’unité des enquêtes générales. Ce groupe restreint d’abord découpé la soirée en trois phases distinctes : l’introduction de matériel dans le stade, les violences commises envers les spectateurs de la tribune officielle et les affrontements avec dégradation de mobilier urbain à l’extérieur du stade.

Des dizaines d’heures de visionnage

Pour déterminer les responsabilités des uns et des autres, les enquêteurs ont procédé à l’analyse des images fournies par près d’une centaine de caméras de surveillance du stade et de ses abords. Des dizaines d’heures de visionnage qui ont permis d’identifier formellement vingt-sept personnes (dont un mineur), domiciliées dans six départements différents (dont vingt dans la Loire).

L’opération visant à les appréhender a été induite ce lundi vers 6h du matin. Certains ultras n’étaient pas chez eux lorsque la police a débarqué, mais ils se sont rendus d’eux-mêmes au commissariat dans la foulée. Onze personnes impliquées dans la phase de jets de projectiles et de violences commises au préjudice des spectateurs de la tribune officielle (considérée comme la plus grave) seront déférées ce mardi au parquet, afin d’être convoquées devant le tribunal correctionnel dans un délai de deux mois. En attendant, le parquet a requis leur placement sous contrôle judiciaire ainsi que la détention provisoire pour l’un d’entre eux, en raison de ses antécédents.

L’ASSE sanctionnée sportivement

Sur le plan sportif, la commission de discipline de la Ligue de football professionnel a perdu à l’ASSE six points de retrait en championnat de Ligue 2, dont trois fermes, et six matches à huis clos dont deux avec sursis. Après neuf journées, les Verts occupent actuellement la 18e place du classement, avec deux victoires, quatre nuls et trois défaites au compteur.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.