Ce qu’il faut retenir de l’actualité africaine de la semaine du 9 janvier


Publié le :

  • Au Bénin, le camp du président Patrice Talon a remporté la majorité des sièges au Parlement, a déclaré jeudi la Cour constitutionnelle du pays, à l’issue d’un vote marquant le retour de l’opposition après quatre ans d’absence. Le scrutin de dimanche, qui s’est déroulé dans le calme, faisait office de test pour ce petit pays d’Afrique de l’Ouest, exécuté depuis 2016 par Patrice Talon.

  • L’armée éthiopienne a annoncé jeudi le retrait d’une force régionale pro-gouvernementale, les Amhara, d’une ville stratégique du Tigré, conformément à l’accord de paix. Une annonce qui intervient au moment de la visite des responsables de la diplomatie allemande et française à Addis Abeba.
  • Quarante-six soldats ivoiriens, détenus depuis six mois au Mali et récemment graciés par les autorités militaires maliennes, sont arrivés samedi à l’aéroport international de la capitale Abidjan. Le président ivoirien Alassane Ouattara a affirmé vouloir « reprendre des relations normales » avec le Mali après des mois de tensions entre les deux pays.
  • Quarante personnes ont été tuées et des dizaines blessées lors d’une collision entre deux bus dans la nuit de samedi à dimanche au Sénégal, où le président Macky Sall a décrété un deuil national de trois jours. L’accident près de la ville de Kaffrine, à environ 250 km au sud-est de la capitale Dakar, est le plus meurtrier dans ce pays d’Afrique de l’Ouest depuis plusieurs années.

Dix ans de Serval : comment la France est passée du statut de héros à celui de paria

Il ya dix ans débutait l’opération militaire française Serval au Mali, destinée à repousser l’avancée jihadiste vers Bamako. Depuis, la présence militaire française, maintenue à travers l’opération Barkhane, un bien des tensions entre Bamako et Paris, forcée à un retrait hâtif de ses troupes l’année dernière.

Bannière contre la mission de l'ONU, la Minusma, et des militaires de l'opération militaire française Barkhane à Bamako, au Mali, le 21 août 2020. © AFP - Annie Risemberg.
Bannière contre la mission de l’ONU, la Minusma, et des militaires de l’opération militaire française Barkhane à Bamako, au Mali, le 21 août 2020. © AFP – Annie Risemberg. ©AFP/ANNIE RISEMBERG

Paul Kagame affirme que le Rwanda ne peut pas continuer à accueillir « des Congolais »

Un épisode dans les nouvelles tensions entre Kigali et Kinshasa : lors d’un discours, le 10 janvier, devant les parlementaires, le président rwandais Paul Kagame a affirmé que son pays ne pouvait « pas continuer à accueillir des réfugiés » congolais. Il s’agit d’une réponse aux accusations de l’ONU, des États-Unis et de la France qui accusent le Rwanda de soutenir le groupe rebelle M23 dans l’est de la RD Congo, ce que Kigali dément.


Au Bénin, le festival vaudou de Ouidah attire les Afro-descendants

Chaque 10 janvier, le Bénin célèbre les religions traditionnelles ancestrales. À Ouidah, le festival vaudou tenue de plus en plus d’Afro-descendants. Ils découvrent cette culture et la terre de leurs ancêtres.

Bénin : le festival vaudou de Ouidah
Bénin : le festival vaudou de Ouidah AFP – YANICK FOLLY

Koffi & Diabaté, un duo d’innovateurs qui réinventent le rôle de l’architecte en Afrique

Le futur Musée international du Vodun à Porto-Novo, les Résidences Chocolat ou le Gymnase du lycée Blaise-Pascal à Abidjan… Autant de beaux projets menés par le duo d’architectes Guillaume Koffi et Issa Diabaté. Ils sont devenus une référence. Ils expliquent leur approche du métier d’architecte et leur démarche. Pour remodeler les villes africaines, il est nécessaire de prendre en compte les enjeux de demain et de répondre aux défis du dérèglement climatique et de l’urbanisation.

AFRIQUE HEBDO KOFFI ET DIABATE
AFRIQUE HEBDO KOFFI ET DIABATE © FRANCE 24



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *