avec des soldats ukrainiens dans la région de Kharkiv



Publié le :

Si la contre-offensive de Kiev a pris de court les troupes russes, l’étendue de son succès a tout autant surpris des soldats ukrainiens. Notre journaliste est allée à la rencontre de plusieurs d’entre eux dans la région de Kharkiv. Reportage.

Dans le conflit en Ukraine, les forces russes ont enchaîné les échecs en septembre, avec leur retraite d’un grand parti du nord-est du pays face à une contre-offensive éclair des Ukrainiens dans la région de Kharkiv. Les troupes de Kiev ont également repris du terrain, mais plus lentement, dans le sud.

Un soldat ukrainien rend compte de sa surprise au moment de la contre-offensive ukrainienne : « On est montés à l’assaut, on a demandé une position, on l’a occupée et on l’a fortifiée. Trois jours plus tard, le front a avancé et ils (les soldats russes) ont commencé à partir en masse . On se prêtait à combattre, alors imaginer qu’ils allaient quitter l’ensemble du front, on ne l’avait pas prévu ».

Des soldats ukrainiens s’affairent à remettre en marche le matériel abandonné par l’ennemi. « C’est la nouvelle génération de véhicules Oural russe qu’ils avaient préparé pour l’invasion… Eh bien maintenant, ils vont travailler ukrainien pour nous », explique ce soldat.

>> À lire aussi : avec sa contre-offensive dans l’Est, « l’Ukraine veut prouver que la victoire est possible »

La déroute de l’armée russe se constate partout. Ces hommes, tout juste arrivés pour sécuriser le territoire, découvrent les anciennes positions russes. Les lignes adversaires se sont disloquées. Ici ne reste que des affiches de Lénine, d’une pin-up et des journaux au style soviétique sans mauvaises nouvelles.

L’histoire de ce succès tactique tient en partie à la ruse utilisée par le commandement ukrainien quelques semaines avant la contre-offensive.

C’est ce que révèle Andriy Malakhov, officier des forces spéciales ukrainiennes. Il a été blessé par balle pendant l’opération : « J’ai dirigé l’assaut, ma manœuvre principale était la diversion, au sud de Balaklia. En fait, la plus grosse percée s’est faite par l’Ouest, mais le renseignement a su partout l’information que l’attaque aurait lieu au Sud. »

>> À lire aussi : cachez cette contre-offensive ukrainienne que les médias russes ne sauraient voir

Un succès d’autant plus rare que ses troupes, dit-il, étaient trois fois moins nombreux que l’ennemi lors de l’attaque.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.