Après le décès d’Elizabeth II, les Canadiens moins attachés à la Couronne britannique



Publié le :

Avec la disparition de la reine, de nombreux pays et territoires du Commonwealth se pose la question de leur allégeance à la Couronne britannique. Si le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, a réaffirmé l’attachement de son pays au monarque britannique, désormais chef de l’État canadien, au Québec, cela ne va pas de soi : selon un récent sondage, l’écrasante majorité des Québécois ne se sentent pas liés à la Couronne. Un reportage de notre correspondant, Jeanne Profeta.

Depuis le décès de la reine Elisabeth IIla ligue monarchiste du Canada redoubler d’efforts pour promouvoir la Couronne britannique. Une tâche compliquée au Québec, où le nouveau roi Charles III ne convainc pas.

« Il est très important pour le roi de venir au Canada le plus souvent possible », opine Karim Al-Dahdah, porte-parole pour le Québec de la Ligue monarchiste du Canada. « Il faut que la monarchie soit vue pour que les gens saisissent son rôle, son importance et sa pertinence, et comprennent que cette connexion existe encore. »

Pour une grande partie des Québécois pourtant, cette connexion est inexistante. Beaucoup gardent en tête les visites controversées de la reine dans la province et le sentiment d’une monarchie imposée. Selon un récent sondage, ils sont 77 % à considérer la monarchie inutile. ONU désintérêt qui se sent dans les rues québécoises.

L’opinion québécoise peut-elle pousser vers une sortie de la monarchie ? Selon la constitution canadienne, un consensus unanime entre le Sénat, la Chambre des communes et les dix provinces du pays serait nécessaire. Ce qui est peu probable, selon les experts.

« Si on parle de Justin Trudeau, ou même de son nouvel opposant principal, Pierre Poilievre, ce sont des gens qui inquiètent la monarchie », analyse Daniel Béland, professeur de sciences politiques à l’université McGill, à Montréal. « Donc il n’y a pas vraiment au fédéral , un parti politique qui est vraiment axé sur un rejet de la monarchie comme on le voit en Australie. Et donc, sortir de la monarchie, ce n’est pas pour demain ! »

Cliquez sur le player ci-dessus pour regarder ce reportage exclusif de notre correspondante Jeanne Profeta.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.