Afghanistan : le froid extrême tue plus de 150 personnes en Afghanistan, selon les talibans





CNN

Au moins 157 personnes sont mortes en l’Afghanistan hiver rigoureux, a déclaré mardi un responsable taliban, le nombre de morts ayant doublé en moins d’une semaine alors que des millions de personnes font face à des températures amères avec une aide humanitaire minimale.

Le pays connaît l’un de ses hivers les plus froids, avec des températures descendant jusqu’à moins 28 degrés Celsius (moins 18 degrés Fahrenheit) début janvier – bien en deçà de la moyenne nationale comprise entre 0 et 5 degrés Celsius pour cette période de l’année.

L’impact a été aggravé par la quantité limitée d’aide humanitaire distribuée dans le pays, à la suite de l’intervention des talibans interdiction des travailleuses des ONG.

Le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (UNOCHA) a déclaré le Twitter Dimanche, il distribuait des aides telles que des couvertures, du chauffage et des abris à quelque 565 700 personnes.

« Mais il en faut beaucoup plus au milieu de l’une des périodes les plus froides depuis des années », a-t-il ajouté.

Environ 70 000 têtes de bétail sont également mortes de froid à travers le pays, a déclaré mardi à CNN Shafiullah Rahimi, porte-parole du ministère taliban de la gestion des catastrophes.

Depuis le groupe islamiste radical a pris le pouvoir en août 2021, l’Afghanistan est plongé dans une crise économique et humanitaire.

Il a été frappé par des catastrophes naturelles et entre dans sa troisième année consécutive de conditions de sécheresse.

On estime que 28,3 millions de personnes – environ les deux tiers de la population afghane – ont besoin d’une aide humanitaire d’urgence pour survivre, selon un récent rapport de l’UNOCHA rapport.

Au moins une demi-douzaine de grands groupes d’aide étrangère ont suspendu leurs opérations en Afghanistan depuis décembre, lorsque les talibans ont ordonné à toutes les organisations non gouvernementales locales et internationales d’empêcher leurs employées de venir travailler, sous peine de voir leur permis révoqué.

La semaine dernière, certaines des plus hautes responsables féminines de l’ONU ont effectué un voyage de quatre jours en Afghanistan et ont rencontré des dirigeants talibans à Kaboul, leur demandant de lever l’interdiction et de « faire passer le bien du pays en premier ».

Amina Mohammed, vice-secrétaire générale de l’ONU, a décrit les politiques récentes comme une violation des droits humains fondamentaux des femmes.

« … L’Afghanistan s’isole, au milieu d’une terrible crise humanitaire et l’une des nations les plus vulnérables de la planète au changement climatique », a déclaré Mohammed dans un déclaration. « Nous devons tout faire pour combler ce fossé. »





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *